Rechercher sur le Site

Avenir professionnel et mobilisations ; on ne nous laisse pas le choix !
Publié le 17 juin 2019 | snudi fo 68

Etre confiant sur les intentions de notre ministre dans sa vision de l’école de la confiance c’est au mieux de la naïveté au pire de la résignation mais dans tous les cas c’est acter la fin de notre statut, de notre liberté pédagogique, de notre métier tel que nous l’avons appris !

Le SNUDI FO 68 s’est toujours attelé à analyser les choix ministériaux afin d’en comprendre le mécanisme et les conséquences :

· MOUVEMENT :

Force est de constater que le mouvement des enseignants du premier degré a été géré par un logiciel national dont l’algorithme paraît contestable car il tient compte d’une interprétation douteuse de la circulaire qui l’accompagnait et dont bon nombre de collègues ont été victimes (titularisation aléatoire, nominations incompréhensibles,… !

Faut-il à présent faire systématiquement des recours pour contester l’administration si l’on ne veut pas subir une véritable maltraitance institutionnelle ?
La pulvérisation des CAPD et du droit de regard des syndicats va laisser chacun seul et démuni en proie à des recours isolés…

· ECOLE INCLUSIVE :

La circulaire impose aux enseignants, subissant à marche forcée la montée du nombre d’enfants à besoin particulier en classe, des prises en charges qui deviennent obligatoires et qui finissent de les décontenancer et de les épuiser. Aucune prise en compte des effectifs qui, rappelons-le, peuvent tourner autour de 30 élèves !
Quand on sait que les AESH sont soumises aux moyens financiers octroyés à l’école et qu’elles seront « mutualisées », inutile de préciser à quoi l’on peut s’attendre…
Restons bienveillants et devenons des personnels contraints à devenir « maltraitants » et muets faute de pouvoir s’exprimer selon l’article 1 de la loi Blanquer !

Après l’hôpital et les EHPAD, à l’Education Nationale de sombrer insidieusement dans l’inefficacité en appliquant des injonctions en inéquation avec le terrain.

· CARRIERE :

Les établissements scolaires chers à notre ministre ne sont pas abandonnés mais vont être expérimentés…Ils vont occuper le rôle d’employeur des enseignants en poste et leurs « chefs » seront directement responsables de la nomination des enseignants et de leurs conditions de travail avec éventuellement d’autres partenaires (maires,… ?).
Un exemple concret sur notre département :
La ville de Mulhouse en partenariat avec les services de l’éducation nationale ouvre une école bilingue anglais/français,

- horaires 9 demi-journées dont mercredi matin,
- recrutement hors mouvement (postes à profil),
- commission de recrutement non définie mais qui semble intégrer la mairie
Le SNUDI FO 68 dénonce cette nouvelle dérive auprès de la DASEN. (voir courrier joint)

Quant à la rémunération, il n’en est pas question même s’il est de notoriété publique que les PE sont largement mal payés et n’ont pratiquement aucune prime ; ce qui aura par ailleurs d’énormes conséquences sur leurs retraites annoncées à points (de 21 % à 30 % en moins pour une pension complète) !
Belle invention là encore qui s’assoit définitivement sur l’égalité hommes/femmes en faisant pire que jamais contre celles-ci.
Nous aurons l’occasion de le démontrer lorsqu’arrivera le moment des débats.

AUCUNE PRISE EN COMPTE DES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX dans cette politique de la terre brûlée où la casse humaine se gère par des recrutements massifs de contractuels prévus par la loi de transformation de la Fonction Publique (passage de 20 % actuellement à plus de 40 % dans les prochains mois) !

Quant à nos élèves combien seront-ils à progresser et s’épanouir dans un tel mic mac ?

Le modèle anglo-saxon vers lequel on s’oriente a déjà largement démontré à quel point il a fait exploser les inégalités et l’échec scolaire !

Alors pourquoi, si ce n’est pour des raisons d’économies budgétaires, la France prend-elle le même chemin ?

FLEXIBILISER, S’ADAPTER, ÊTRE MANAGÉ N’EST-CE PAS LA PREUVE QUE L’ECOLE BASCULE DANS LA PRIVATISATION ?
La rentrée des classes s’annonce d’ores et déjà riche en mobilisations ;
c’est pourquoi le SNUDI FO vous invite à réfléchir à tête reposée durant l’été
à tous les bouleversements qui attendent notre profession.

Il faut se préparer à agir ENSEMBLE contre la mutation sociétale qui tend à faire disparaître nos services publics dont l’école occupe une place centrale en connaissance de cause.

cale




Documents Liés
Courrier à la DASEN école de l’Illberg
Word - 159 ko
CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.1 [23954] habillé par le Snudi Fo