Rechercher sur le Site

Mobilisations pour l’école. « Un festival de bobards » déplore Jean-Michel Blanquer (dans Ouest-France)
Publié le 4 avril 2019 | snudi fo 68

Le ministre surfe sur l’usage de fake news en prétendant que la mobilisation pour l’école est "Un festival de bobards".

Comment expliquer alors que l’ensemble des syndicats se mobilisent contre sa réforme ?
Les enseignants seraient-ils .... stupides, ignorants,abrutis, bornés etc. ?

LA LIBERTE D’EXPRESSION

Depuis le Statut Général des fonctionnaires de 1946, les fonctionnaires ne sont plus les agents du gouvernement et de la majorité politique au pouvoir mais les serviteurs de la République.

L’article 1er de la loi sur l’Ecole de la Confiance porte atteinte aux libertés individuelles et aux libertés syndicales en visant à faire taire toute critique de la politique en cours.
C‘est la possibilité de sanctionner « toute atteinte portée à la réputation du service public »

LA CAPD

C’est le droit de regard des élus du personnel avec leur expertise syndicale, sur le mouvement et sur nos carrières.

Le gouvernement veut se débarrasser des instances qui obligent l’administration à justifier ses décisions ; l’Etat assujettit ses fonctionnaires à son autorité.
C’est un retour de plus d’un siècle en arrière !

MOTION POUR LE RETRAIT DU PROJET DE LOI « ÉCOLE DE LA CONFIANCE »

(VOIR AUSSI EN PIÈCE JOINTE : SIGNEZ ET FAITES SIGNER PUIS ADRESSER AU SNUDI FO 68)
Nous considérons que le projet de loi Blanquer, qui s’inscrit totalement dans le projet de transformation de la Fonction publique, constitue un danger sans précédent contre l’école de la République :

Article 1 : Fin de la liberté d’expression des enseignants, y compris dans la sphère privée, avec possibilité de sanctionner « toute atteinte portée à la réputation du service public ».

Article 2, 3, 4 : Baisse des moyens pour les écoles maternelles publiques découlant de l’obligation de financer les écoles maternelles privées. Disparition programmée des écoles maternelles au profit des jardins d’enfants..

Article 5 : Des inclusions systématiques avec pour corolaire la poursuite de la destruction de l’enseignement spécialisé.

Article 6 : Aggravation des inégalités scolaires avec les établissements publics locaux d’enseignement international.
Avec la mise en place des EPSF, ce sont : des écoles primaires sous l’autorité du principal de collège, la disparition des directeurs d’école, la fin du statut d’enseignant du 1er degré et la marche au corps unique, le passage aux 1607 h…

Article 8 : Développement des expérimentations qui visent à placer les enseignants sous la tutelle des collectivités locales en matière d’organisation et de pédagogie.

Articles 10 à 12 et 14 : Une formation des futurs enseignants dégradée, des enseignants précaires et à bas coût avec des AED en responsabilité devant élèves.

Articles 17 et 18 : Une réforme territoriale de l’Éducation nationale qui se fera par ordonnance.

LE MOUVEMENT

Les informations sur les modalités d’organisation du mouvement intra-départemental confirment toutes nos craintes :

suppression des phases d’ajustement  ;

vœux géographiques larges sur des « MUG » (types de postes larges) obligatoires pour les enseignants qui ne sont pas ou plus affectés à titre définitif qui auront pour conséquence de nommer des enseignants à titre définitif sur des postes qu’ils n’auront pas choisis ;

affectation sur des postes « coquilles vides » en utilisant notamment les postes de TRS (titulaires de secteur ou titulaires de circonscription) qui ne correspondent à aucune affectation précise. En règle générale, les enseignants seront affectés par la suite à la discrétion de la hiérarchie en fonction des besoins ;

extension imposée par le biais d’un algorithme arbitraire.

Le SNUDI-FO rappelle ses revendications :

►maintien des différentes phases du mouvement ; 2ème phase informatisée et 3ème phase d’ajustement ;

►maintien de l’AGS comme élément essentiel du barème pour tous les postes ;

►maintien de l’affectation sur des postes précis et non sur des zones ;

►respect du caractère non obligatoire des vœux géographiques ;

►l’affectation à titre provisoire des collègues actuellement sans poste à titre définitif et qui n’obtiendraient aucun poste précisément demandé au mouvement ;

►l’examen des notes de service départementales du mouvement en CAPD

►l’augmentation du nombre de vœux maximum ;

►la suppression des postes à profil.

cale




Documents Liés
MOTION SNUDI FO 68 pour le retrait projet de loi "Ecole de la confiance"
Word - 1008.5 ko
CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.1 [23954] habillé par le Snudi Fo