Rechercher sur le Site

Début d’ingérence des municipalités dans le droit de grève ?
Publié le 7 juin 2018 | snudi fo 68

Le SNUDI FO 68 a été informé que des collègues et leur directeur subissent des pressions qui remettent en cause le bien-fondé de leur droit de grève.
Situation :
La municipalité concernée souhaitait connaître le nombre d’élèves qui se rendront à l’école le 22 mai prochain pour pouvoir organiser le SMA car tous les enseignants de l’école seront en grève.

Pour rappel :
• Les directeurs d’école informent les familles des conséquences éventuelles du mouvement sur le fonctionnement de leur école, par les moyens de communication les plus appropriés (affichage extérieur notamment). Lorsque le taux prévisionnel de grévistes implique l’intervention de la commune, ils facilitent la mise en place des mesures d’information que cette dernière organise à destination des familles
• Les parents sont avertis 48 heures à l’avance de l’absence de leur enseignant ce qui leur laisse le temps de s’organiser. Dans le cas présent, en raison du lundi de Pentecôte les parents auront 4 jours pour le faire !
• La municipalité doit établir en début d’année une liste avec le nom des personnes susceptibles d’assurer le SMA après que leur désignation ait été approuvée par le DASEN (vérification au fichier judiciaire).

Par conséquent, le directeur n’a pas à effectuer un sondage auprès des parents pour lister les élèves susceptibles de se rendre à l’école. D’autant plus que cela n’engagerait en rien les parents pour le jour de la grève….

Méthode :

S’il va de soi que la mairie et les directeurs doivent établir des relations courtoises, la façon de procéder du directeur général de la mairie n’est pas acceptable.
Tout d’abord en relevant qu’en dépit de leur droit de grève, les agents communaux ont toujours assuré leur mission de service public, cette personne catégorise les « bons » et les « mauvais » fonctionnaires !
Diviser pour mieux régner… Ceux qui viennent travailler et ceux qui manifestent !

Ensuite, en regrettant que le directeur ne fasse par un « petit » effort d’information pour que les collègues des autres écoles de la commune ne soient pas privés, pour les maternelles notamment, de leurs ATSEM et que l’intérêt et le confort des enfants soit garantis.
La méritocratie commence par là… les bons enseignants et les grévistes !

Pour finir, en précisant que cela ne facilite par le travail (aussi bien des services administratifs que des ATSEM) car l’organisation est plus complexe lorsqu’il faut anticiper l’accueil théorique d’un grand nombre d’élèves
La grève désorganise les services !!!
Le SNUDI FO s’interroge : Qu’en est-il de la casse des services qui désorganise la société ?

Le SNUDI FO dénonce cette situation qui fait office de prémices de ce qui nous attend dans le 1er degré avec la territorialisation :
• Choix des enseignants en fonction de leur investissement et de leur implication au PEDT ;
• Liberté pédagogique remise en cause ;
• Contractualisation (disparition du statut) et donc précarisation ;
• Droit de grève remis en cause ;
• Vision autoritaire du droit à l’expression ;
• Remise en cause de la solidarité professionnelle en isolant les gens (seul on ne peut rien) ;
• …
C’est pourquoi nous appelons tous les usagers des services publics, sur l’ensemble du territoire, à se mobiliser aux côtés des agents publics, pour défendre les services publics.
Nous sommes tous concernés par la transformation de la fonction publique et des services publics.

La Fonction publique permet d’assurer l’intérêt général et contribue à la cohésion sociale et territoriale.
Elle participe d’un projet de société solidaire tourné vers l’avenir, garantissant le vivre ensemble.

NOS - VOS - SERVICES PUBLICS SONT EN DANGER.
MOBILISONS-NOUS TOUTES ET TOUS,
ENSEMBLE
LE 22 MAI PROCHAIN !

cale




CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.1 [23954] habillé par le Snudi Fo