Rechercher sur le Site

INEGALITES salariales entre 1er et 2d degré !
Publié le 27 juin 2018 | snudi fo 68

PPCR qui se devait d’améliorer les rémunérations fait tout le contraire :

· Le gel du point d’indice continue alors que la refonte des grilles indiciaires devaient s’effectuer jusqu’en 2020 : « Les fonctionnaires ont perdu 16 % de pouvoir d’achat depuis 2000. Il n’y a pas eu de baisse de salaire mais parfois un décrochage en raison de l’évolution des prix. » a voulu préciser Olivier Dussopt. Et pour leur redonner du pouvoir d’achat, « à nos yeux, l’augmentation du point d’indice n’est pas la meilleure méthode », a indiqué le secrétaire d’État.

· L’accès à la hors classe devient plus que jamais hypothétique dans le 1er degré et creuse l’écart avec le second degré. La perte financière sur une carrière pour les professeurs des écoles est conséquente et les pensions sont nivelées vers le bas de facto !

La différence de rémunération entre les hommes et les femmes du 1er degré est de 8 % en faveur des premiers…en raison des postes occupés.
Cette différence hommes/femmes se retrouve également dans le secondaire (primes, heures supplémentaires,..) !

Non seulement l’inégalité salariale persiste mais elle s’accentue au détriment des carrières des anciens instituteurs qui se sont allongées lorsqu’on les a recrutés comme professeurs des écoles.

La pénibilité du travail qui leur permettait de partir 5 ans plus tôt que les enseignants du secondaire a été purement et simplement supprimée sans aucune contrepartie bien au contraire (explosions de réunions, APC, inclusion scolaire, etc. sans un centime de plus) !

Les enseignantes du 1er degré ainsi que les enseignants dont le nombre est plus faible que jamais, sont véritablement spolié(e)s.

L’administration veut à présent les mettre en concurrence pour les payer au mérite.
Si les salaires avaient progressé normalement et dans le respect des diplômes demandés pour accéder à la profession, cette incongruité n’aurait même pas pu être imaginée !

Pourtant, seul le syndicat FO a refusé de signer le protocole PPCR car il a su analyser en amont les conséquences catastrophiques qui en découleraient pour le personnel.

A force de paupériser les gens, ceux-ci sont poussés à agir par intérêt personnel lorsque l’occasion se présente, quelle qu’en soit la forme, et cela au détriment d’une solidarité professionnelle pourtant primordiale dans l’esprit d’un service public de qualité.

Sans garde-fou (annonce de la disparition des CAPD d’ici 3 semaines) et avec la subjectivité en guise de cadre, pas sûr que le découragement qui couve dans la profession ne lasse définitivement celles et ceux qui, durant de longues années, ont accepté d’être les moins bien payés des cadres de la Fonction Publique !

cale




CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.1 [23954] habillé par le Snudi Fo