Rechercher sur le Site

« Réforme » des retraites : Rassurés ?
Publié le 15 décembre 2019 | snudi fo 68

· Suppression de la règle de calcul des pensions sur la base des 6 derniers mois, conduisant à une baisse drastique du montant des pensions (plusieurs centaines d’euros par mois)

· Augmentation de la durée de cotisation  : départ à 64 ans, décote avant (5% par an)

· Pas d’accroissement des ressources pour financer les retraites donc montant des pensions impacté

· Pas d’augmentation du point d’indice prévu

· Le métier d’enseignant repensé ; entendez « accentuer l’individualisation des carrières par le biais de primes en contrepartie de missions supplémentaires, d’objectifs à remplir, de toujours davantage de soumission à la verticalité implacable du système ».

· « Discussions » courant 2020…

En visite à Nancy vendredi 13 décembre, le 1er Ministre et le Ministre de l’Education Nationale ont invité cent enseignants choisis par le rectorat de Nancy-Metz
parmi 1000 enseignants ayant reçu la veille un mail leur demandant s’ils souhaitaient participer à la soirée pour échanger sur la réforme des retraites.
Le Recteur a dû s’improviser animateur face à des enseignants, certes choisis, mais passablement remontés !!!

Les interventions de la base ont été sans langue de bois, les réponses ou les absences de réponses des ministres éloquentes sur l’art de manier le verbe !

Une professeure de lycée n’y est pas allée par quatre chemins et a fait l’unanimité parmi la profession en disant : "Au lycée notre avis n’a pas été pris en compte pour la réforme. Il n’a pas été pris en compte lors de la mise en place du plan 4.0 qui est une aberration (c’est le programme de numérisation imposé par la région et le rectorat dans les lycées). Comment voulez-vous que nous vous croyons quand vous dites que vous allez prendre en compte notre avis ? Vous ne nous écoutez pas parce que vous pensez qu’on a des choses intéressantes à vous dire. Vous nous écoutez parce que nous sommes dans la rue et que vous avez peur".

Lorsque la première institutrice s’exprime, cela se fait sous les applaudissements. Elle en revient à la rémunération de sa catégorie.
Blanquer explique que les enseignants du primaire ont un retard supérieur au secondaire en terme de salaire. Ils ne sont donc pas oubliés.
"Il y a des possibilités d’améliorations qui se profilent afin d’améliorer les rémunérations et la qualité de notre système" exprime Jean-Michel Blanquer.
Il n’est pas applaudi pour autant.
Pour Jean-Michel Blanquer, le scepticisme va s’évaporer …

Soirée du 13 décembre à revoir sur :
https://www.estrepublicain.fr/edition-nancy-et-agglomeration/2019/12/13/suivez-la-visite-d-edouard-philippe-et-de-jean-michel-blanquer-a-nancy-en-direct

Jean-Michel Blanquer nous sert de la bouillie !

2 mn 19 sec, vidéo de Jean Michel Blanquer du 11 12 19 (version courte de son point presse, reçue sur nos messageries pro).
https://www.education.gouv.fr/cid147735/reforme-des-retraites-des-garanties-apportees-aux-enseignants.html

On nous sert un épais brouet où surnagent de gros grumeaux, notamment les mots “opportunités de progrès considérables”, “règles égales”, “occasion d’améliorations
des rémunérations”, “travail approfondi sur plusieurs années”, “redéfinition des ressources humaines”...et bien sûr “le sens des responsabilités” (notamment pour les
syndicats), comprenez “ leur sens du sacrifice” !

L’attitude adoptée est significative : le manque de conviction du ton est en fait le vrai signe d’un profond mépris et donc du peu de souci d’enrubanner le “paquet”
avec autre chose que des vieux papiers et des vieilles ficelles qui masquent à peine le contenu nauséabond ...
Mais le ministre tient à nous rassurer ; sa porte est ouverte … (sur du vent !)

“Le langage politique est destiné à rendre vraisemblable les mensonges, respectables les meurtres, et à donner l’apparence de la solidité à ce qui n’est que du vent.”
George Orwell

A la manœuvre du projet, le choix d’un surhomme !

Delevoye l’infatigable

3 fonctions déclarées sur 13 en tout, dont 11 bénévoles (un engagement social dit-il ) entre autres celle d’administrateur à l’Ifpass, l’Institut de formation de la profession de l’assurance et une autre dont il a jugé bon de conserver son salaire mensuel versé pour sa fonction de président de l’institut Parallaxe, elle aussi liée au monde des assurances.
Une pratique illégale, contraire à la Constitution et pouvant être pénalement sanctionnée.

J’ai la mémoire qui flanche ...

Jean-Paul Delevoye a beau avoir été député, sénateur, déjà ministre sous Raffarin, président de la commission économique et sociale, Médiateur de la République, président de l’Association des maires de France, il a la mémoire qui flanche notamment en ce qui concerne les lois et a du mal à se remémorer certains textes, certaines règles, certaines lois. Un autre oubli parmi tant d’autres : sa place d’administrateur au conseil de la Fondation SNCF, une des entreprises les plus concernées par la réforme des retraites, bénévole certes mais il bénéficierait d’une carte de circulation gratuite qui permet d’accéder à tous les trains sans payer.

« Je pense que la bonne foi de Jean-Paul Delevoye est totale », a assuré Édouard Philippe.

En effet, comment en vouloir à ce surhomme, toujours au four et au moulin même si sujet à d’impressionnants trous de mémoire !
Il regrette, rembourse, répare ses erreurs,…
« Rembourse et tu seras pardonné ! » c’est le Credo de ceux qui s’affichent au-dessus des lois !

La faute morale de Jean-Paul Delevoye rejaillit sur toute sa réforme et notamment sur ses prescripteurs et laisse planer les soupçons sur les véritables desseins de ce projet.

RÉFORME DES RETRAITES : LE RETRAIT ET RIEN D’AUTRE !

Grève et Manifestation :
Mardi 17 décembre à 13h30
Mulhouse, Place de la Bourse

cale




CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo