Rechercher sur le Site

Non Monsieur Blanquer, la rentrée des « Colibris » n’était pas une bonne rentrée comme vous le prétendez !
Publié le 7 octobre 2019 | snudi fo 68

Donner aux enseignants du primaire un nom d’oiseau n’est pas du meilleur effet !

Cet oiseau mouche par ses couleurs et sa légèreté s’oppose au gris plombé de l’école d’aujourd’hui dont la lourdeur administrative pousse certains au suicide…

Quant à son chant mélodieux, il est loin d’être comparable au mutisme imposé aux professeurs des écoles via l’article 1 de votre loi.

Au quotidien il faut faire face au manque de moyens humains :

- Pour la direction  : aides supprimées, directeurs sous pression et épuisés pour 150 euros en plus par mois. Sans compter que la majorité d’entre eux ont également une classe à gérer ;

- Pour les maternelles : nombre d’ATSEM inférieur au nombre de classes. Ce personnel n’a pas le don d’ubiquité et s’épuise à courir partout ! Les communes devant à présent payer les écoles privées sous contrat pour la scolarisation des 3 ans (entre 150 et 450 millions d’euros) cela n’est pas près de s’arranger ;

- Pour l’inclusion scolaire : un véritable imbroglio est en cours entre les demandes d’AESH et les moyens réels !
Les enseignants référents sont surbookés (de 150 dossiers prévus pour un maître ils en sont à près de 300 !!!) en faisant des journées de 12 heures quasiment 7 jours sur 7. Les 1 607 heures annuelles sont largement dépassées puisqu’ils en font plus de 2000 non rémunérées en heures supplémentaires.
Directeurs et adjoints sont également sollicités et impactés pour faire face aux demandes et accompagner les emplois du temps des AESH mutualisés dans leurs missions !

L’omerta sur la souffrance au travail est largement entretenue par notre employeur qui, bien malgré lui, a dû faire face au suicide médiatisé de Christine Renon qui le remet en cause dans une lettre largement diffusée depuis son geste désespéré le 21 septembre dans « son » école.

Aucune statistique officielle n’a été fournie sur cet épineux problème et donc il est difficile de chiffrer à combien s’élève le nombre de suicides dans notre profession ! Rien sur les dépressions et les burnout qui en sont souvent les signes avant-coureurs …
Pour info :

  • l’Education Nationale propose 1 médecin de prévention pour 15 000 agents !
  • La consultation d’un psychologue dédié au personnel est limitée à 3 rendez-vous par carrière et n’apporte aucune prise en charge, aucun accompagnement, aucun suivi dans le temps…
    Mais cela a le mérite d’exister et de dédouaner l’Administration qui a tout prévu pour s’éviter de rendre des comptes.

A l’occasion du “grand débat” sur la réforme des retraites à Rodez (Aveyron), jeudi 3 octobre dont l’impact sera conséquent pour les pensions des enseignants, le président de la République a confié « ne pas adorer le mot pénibilité, parce que ça donne le sentiment que le travail c’est pénible » !!!

Supprimer le mot pénible du vocabulaire ne suffit pas à rendre le travail meilleur ! (cf. livre « 1984 » d’Orwell publié en 1949 : pour appauvrir la langue, il faut :
• pratiquer une langue nouvelle ;
• utiliser le double langage ;
• détruire des mots, oraliser la langue ;
• parler une langue unique ;
• supprimer les classiques.).

En conséquence, le travail N’EST PAS PÉNIBLE, le travail « C’EST LA SANTE ! ».

Supprimer les CHSCT par contre nuit gravement au suivi des personnes en souffrance et cela est inacceptable !... Quant à la prévention où est-elle lorsqu’on supprime les temps partiels sur autorisation, qu’on allonge les carrières et que l’on aggrave les conditions de travail ???

Les annonces ministérielles nous ont appris qu’il y a un monde entre leur contenu et leur application.
Cela crée un immense stress chez les collègues qui sont en décalage permanent entre ce qu’on attend d’eux et ce qu’ils peuvent réellement faire ; la perte de sens qui en découle n’a pas fini de ternir l’image d’une école « bienveillante » où le personnel se sent épuisé et maltraité !

Le SNUDI FO vous invite à vous exprimer sur vos conditions de travail et à proposer des actions pour dire STOP aux injonctions morbides dont notre profession fait l’objet !
Sachons nous mobiliser en nous sentant personnellement concernés et ne comptons que sur nous-mêmes pour dire NON aux reculs qu’on nous impose en détruisant notre modèle social.
Vous trouverez en pj des actions engagées par Force Ouvrière.
Lisez-les ! Un homme averti en vaut deux…

cale




Documents Liés
"Concertation" sur la réforme des retraites
PDF - 169.4 ko
Retraite et bataille de communication
PDF - 275.2 ko
Déclaration au CTM du 3 octobre
PDF - 214.4 ko
CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo