Rechercher sur le Site

Suicide d’une directrice.
Publié le 3 octobre 2019 | snudi fo 68

Quand les 3 piliers de notre institution écrasent l’être humain.

· Obéissance

· Sacrifice

· Silence

L’obéissance par les injonctions à suivre sans discernement, y compris en dépit du bon sens

Le sacrifice par l’emprise sur nos vies personnelles des « missions » titanesques, chronophages, contradictoires

Le silence par le voile étouffant des discours minorants et réducteurs face à chaque drame, évoquant systématiquement des problèmes personnels…

Combien d’autres suicides passés sous silence, combien d’enseignants fragilisés par le métier dans un silence institutionnel assourdissant ?

Les années scolaires sont de plus en plus difficiles à assumer pour des enseignants soumis à des conditions de travail fortement dégradées comme l’a si bien écrit la directrice d’école Christine Renon avant de se suicider.

Quel courage et quelle force cette femme a-t-elle su déployer avant de tirer sa révérence !

Que cette collègue demande expressément que l’Administration ne salisse pas son nom en dit long sur sa défiance envers cette dernière !

Cette défiance est largement répandue au sein de la profession car le soutien hiérarchique n’est pas la caractéristique première du management mis en œuvre depuis ces douze dernières années ! Les injonctions et les réformes successives subies ne sont pas compatibles avec une quelconque bienveillance envers les enseignants. Au contraire elles portent en elles tous les ingrédients du naufrage dans lequel l’éducation nationale sombre !

Enseigner est devenu une épreuve quotidienne et cela génère un mal-être qu’on ne peut qu’attribuer à de la maltraitance institutionnelle.

On demande aux professeurs l’impossible et on leur impose le silence !

La loi Blanquer que le SNUDI FO n’a cessé de condamner pousse le cynisme jusqu’à isoler chaque enseignant en faisant disparaître les CAPD et la défense syndicale individuelle pour mieux « casser » toute velléité en supprimant les règles communes.

La secousse qu’a engendré le courrier envoyé par notre collègue à plus de trente destinataires avant de se suicider a obligé l’Administration à « réagir » en adressant aux personnels de l’Education Nationale le 26 septembre un mail émanant de la cellule communication rappelant le PAE (point d’accueil et d’écoute) mis en place le 3 décembre 2018 !

L’Administration a réponse à tout pour se dédouaner de ses manquements réels envers son personnel.

Pourtant, les faits sont là et le malaise est plus profond que jamais.

Pas sûr que le vernis résiste encore longtemps.

Tout a commencé il y a dix ans avec les suicides de France Telecom, puis il y a eu l’hôpital, la police, les pompiers qui ont subi des situations de travail déplorables. C’est à présent au tour de l’école de dévoiler ses fissures qui mettent en danger tous ses acteurs en commençant par son personnel car ce dernier pourtant bon élève, ne peut plus faire face à la surenchère managériale à laquelle il est confronté.

PAR OPPOSITION AUX TROIS PILIERS DE L’INSTITUTION, SES TROIS

MANQUEMENTS N’ONT JAMAIS ETE AUSSI CRIANTS :

· Pas de médecine de prévention,

· Pas de chiffres sur les suicides, les burn-out et les dépressions,

· Pas de soutien hiérarchique systématique et recherche de mise à l’écart des « faibles » !

Dans tous les cas piliers et manquements vont dans le sens contraire de l’intérêt des personnels ! Cela est tout simplement INDIGNE !

cale




Documents Liés
Christine Renon communiqué intersyndical
Word - 25.5 ko
Christine Renon affiche hommage
Word - 58.5 ko
CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo