Rechercher sur le Site

Rentrée scolaire, rentrée sociale…
Publié le 19 septembre 2019 | snudi fo 68

Pour qu’une rentrée scolaire soit réussie, encore faudrait-il que la cohérence soit de mise entre les effets d’annonce et la réalité !

- Scolarisation obligatoire dès 3 ans : quid de l’encadrement nécessaire et des locaux pour la sieste ?

Tandis que la norme est d’un adulte pour 5 enfants en crèche, les jeunes enfants sont dès la petite section confrontés à un taux d’encadrement largement insuffisant.

L’école est un lieu pour apprendre et les conditions d’accueil doivent être en adéquation avec l’âge des enfants et les exigences pédagogiques !
En rendant l’école obligatoire dès 3 ans le ministre aurait dû prévoir la réduction du nombre d’élèves par classe chez les petits et permettre aux écoles demandeuses de faire appel à des emplois civiques pour seconder les ATSEMS en sous-effectif dans de très nombreuses écoles !

C’est à l’Inspection de fixer les priorités pour financer ces postes pourtant très faiblement rémunérés (PRECARITE d’un emploi réservé au moins de 26 ans) …
Mais sur quels critères ?
Y a-t-il des écoles plus nécessiteuses que d’autres alors que les effectifs explosent partout ?
Sûrement puisque des écoles ont fait l’objet de refus de la part de leur hiérarchie !

- Inclusion scolaire : quid des AEHS ?

L’inclusion scolaire peut-elle se faire sans l’encadrement nécessaire ?
En raison d’une rémunération très faible de ces nouveaux emplois, des démissions d’AEHS viennent assombrir la prise en charge des enfants à besoins particuliers.
Dans de telles conditions, peut-on ignorer les conséquences liées à un encadrement défaillant ?

- Remplacements : quid des remplaçants ?

Une mutation s’est opérée ces dernières années pour pallier au manque chronique de remplaçants. Ainsi ZIL et Brigades ont-ils fusionné, les zones d’intervention se sont agrandies et pourtant combien d’absences de collègues ne sont pas prises en compte ? Conséquence : répartition systématique des élèves dans les autres classes déjà bien chargées…

Perturbation du travail de classe, désorganisation, garderie …

Toutes ces réalités du terrain viennent entacher l’idée que l’on peut se faire d’une école bienveillante !

Les « réformes » à marche forcée de ces quinze dernières années ont affaibli l’école et entamé le moral des professeurs des écoles. Leur métier de plus en plus complexe n’est pas reconnu et leurs conditions de travail n’ont cessé de se dégrader allant jusqu’à les faire douter du rôle qu’on leur fait tenir.

Cette année scolaire qui débute sous le signe d’une rentrée sociale particulière où l’avenir de nos retraites sera dicté par une réforme structurelle très pénalisante pour notre profession, gardons en mémoire que le fatalisme est le vrai garant d’une régression financière et humaine !

Sachons nous mobiliser en nous sentant personnellement concernés et ne comptons que sur nous-mêmes pour dire NON aux reculs qu’on nous impose en détruisant notre modèle social.

cale




CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo