Rechercher sur le Site

FOSSOYEURS DE L’EDUCATION NATIONALE
Publié le 13 mars 2019 | snudi fo 68

Si vous pensez qu’il est INDISPENSABLE DE SE FAIRE ENTENDRE, PARTICIPEZ au grand mouvement de grève du 19 mars.

ECOLES FERMÉES, TOUS CONCERNÉS…
Manifestation à Mulhouse le 19 mars 14h Place de la Bourse

Les raisons de la grève  : voir notre article du 5 mars et les revendications ci-jointes
Ci-joint également une proposition de courrier à transmettre aux parents (sous pli fermé)
« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » »

Quand les personnels administratifs sont soumis à l’intolérable !

La fusion des académies de Caen et Rouen au 1er janvier 2020, avant une généralisation en 2022 soulève de vives inquiétudes.

La question de la réforme territoriale (grandes régions, loi sur la refondation de l’école, loi sur l’école de la confiance) n’est qu’un moyen de casser les statuts, les instances représentatives, la capacité des représentants FO de défendre les personnels et donc de mettre en œuvre CAP 2022 (Comité Action Publique 2022)

Tous nos syndicats sont concernés :
Dans le premier degré, ce sont les rythmes scolaires et PEDT, etc.
Dans le second degré, ce sont les réformes du collège, des lycées généraux, technologiques et professionnels, la réforme du bac, la mise en place de CCF, épreuves anticipées, Parcoursup, etc.
Pour les personnels administratifs ce sont les mutualisations des services et les suppressions de postes (400 emplois pour 2019),
• Etc.

Le projet de la mutualisation des services est l’outil qui permettra de faire sauter les CT, CHSCT, CAP, CCP et donc le statut !

Nous sommes tous concernés !
Si le ministre a annoncé l’arrêt de la fusion des académies, il maintient partout les mutualisations de services ainsi que les suppressions de postes. Combiné au rôle et aux prérogatives du recteur de région, ce sont toutes les instances paritaires qui seront impactées, et donc le rôle des militants FO conformément aux mandats que sont les nôtres.

Depuis les accords de Bercy avec par exemple le changement et la disparition du caractère paritaire des CTPA, FO se bat et ne peut que constater aujourd’hui que tout cela continue et s’aggrave.
En 2012, le schéma de la nouvelle gouvernance (transformation des IA en DSDEN, transformation des Inspecteurs d’Académie en DASEN, puis IA-DASEN) a déjà modifié les rapports.
Qu’on soit d’accord ou pas sur les réformes (par exemple le RIFSEEP ou PPCR car c’est la même chose), c’est bien le travail et la mise en place experte des personnels des services qui nous permet d’avoir des documents en CAP, et donc aux syndicats d’intervenir et défendre les personnels dans le cadre du mandat FO.

Quelques exemples sur les conséquences de la mutualisation :

>Perte de l’expertise et donc rabotage des prérogatives de CAP.

>Eloignement des services. La mutualisation peut entrainer un service inter académique avec la nomination d’un chef de division ou de bureau à plusieurs km de l’endroit où nous les rencontrons actuellement.

>Uniformisation du cadrage des circulaires. Exemple concret concernant les SNUDI FO des 5 départements des académies de Caen et Rouen : Il y a une note départementale à l’échelon de la région académique avec la mise en place de nouvelles zones sur lesquelles les PE arriveraient à titre définitif. Ce seront des affectations contraires au statut de titulaire et/ou de brigade/ZIL et une mise en place d’une expérimentation 2019/2020.

>Etc.

Nous sommes dans un schéma comparable à celui appliqué à La Poste ou Pôle emploi avec une réduction d’effectifs inévitable, à la faveur de fusions et mutualisations de services.

D’autant que les préconisations du rapport Cap 2022 (50 000 fonctionnaires d’État en moins d’ici 2022) ne laissent guère de doutes aux syndicats sur les réelles motivations de cette « simplification » administrative.

Les dysfonctionnements et la désorganisation des services administratifs engendrés par la fusion, ou encore la souffrance et l’épuisement pèseront sur les personnels chargés de naviguer à travers la nouvelle région académique.

Le mouvement des personnels pour la rentrée 2019/2020, peine à arriver car il contient de profondes modifications qui vont mettre à contribution les professeurs des écoles dans le cadre de ce grand changement institutionnel de gestion des enseignants. Sous le biais de la nécessité de service, nombreux d’entre eux vont se retrouver titularisés sur des postes qu’ils n’auront pas choisis.

L’aggravation inéluctable des conditions de travail de tous, déjà largement répandue, montre encore une fois que la priorité économique prime sur la qualité des services publics.

L’humain devient officiellement une variable d’ajustement et les conséquences engendrées sur la santé des agents seront à leur charge et n’engageront pas l’employeur, conséquence des parcours individualisés et "choisis" !

Ainsi, la future réforme des retraites dite à points, acte ce désengagement en faisant porter tout le poids sur des parcours individualisés et au final à des pensions encore plus défavorables aux femmes.

A l’inégalité salariale homme/femme s’ajoutera l’aggravation de l’inégalité des pensions !

cale




Documents Liés
Mobilisation du 19 mars
PDF - 97 ko
Casse du statut
PDF - 205.6 ko
Déclaration d’intention de grève
Word - 26.5 ko
Courrier parents d’élèves grève du 19 mars
Word - 49.5 ko
CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo