Rechercher sur le Site

Le tableau noir du ministre Blanquer
Publié le 22 janvier 2019 | snudi fo 68

La réforme du ministre Blanquer s’inspire largement du système éducatif américain, et notamment du programme No Child Left Behind (aucun enfant laissé en arrière) de G.W. Bush, amplifié et aggravé par B. Obama avec son programme Race To the Top (la course vers le sommet).

A travers les tests standardisés, ces lois ont mis en place des batteries d’indicateurs définissant des objectifs à atteindre.

Dans plusieurs Etats, on a lié aussi « tout naturellement » le salaire et l’emploi des enseignants aux résultats des évaluations.
Des primes au mérite ont vu le jour, attribuées aux enseignants obtenant les meilleurs résultats aux tests. Et souvent, les enseignants considérés comme les plus faibles ont été immédiatement licenciés. Les directeurs d’établissements issus du corps enseignant ont été remplacés par des managers issus du privé.

Evaluations CP

Le SNUDI FO, SNUipp, CGT, SUD, SE UNSA et CFDT ont demandé l’abandon de l’évaluation de mi CP ; JM BLanquer leur répond dans un courrier du 16 janvier en mettant en avant sa dimension scientifique (voir ci-joint). "Ces évaluations ont été conçues avec l’appui de chercheurs de haut niveau... L’engagement de scientifiques éminents au sein du conseil scientifique me semble de nature à dissiper les inquiétudes", écrit-il.

Or, quel est le profil de ces tests ?

Selon Roland Goigoux *, un spécialiste très reconnu par les enseignants. "Tous les tests portent sur le code sauf un sur la syntaxe de phrase", explique-t-il "La maitrise du déchiffrage est la seule préoccupation du conseil scientifique, même si les évaluations internationales montrent qu’à 10 ans les élèves français rencontrent des difficultés en compréhension et non en déchiffrage... Un danger guette les maitres. Que tout le temps d’enseignement soit consacré à l’étude du code au détriment du travail sur l’écriture..., l’étude de la langue, le vocabulaire, la compréhension".
A cela s’ajoute bien sûr le stress pour les élèves généré par ces situations d’examen …et la vraie question des moyens de remédiation dont disposent les enseignants dans des classes chargées, à l’heure où les Rased sont réduits à peau de chagrin et où l’inclusion scolaire systématique s’accroît.

De plus, nous constatons que dans son courrier, le ministre se réfère systématiquement à des éléments statistiques tirés d’une enquête sur ces évaluations, enquête en ligne auprès des enseignants …

On ne sait pas quel est le nombre d’enseignants qui auraient participé à cette enquête, ni les questions posées, ni qui a procédé à l’analyse des résultats et aux conclusions …. Mais nous avons droit à un argumentaire « infaillible » qui s’appuie sur … quoi en fait ?

Sur une forme de relation pseudo-directe entre un ministre et des fonctionnaires, évacuant tout autre relais et en particulier celui représenté par les élus du personnel, sollicités par leurs collègues.

Cela rappelle le chiffrage du nombre de manifestants quand l’Etat est le seul à les compter !

Quant à ces évaluations, le ministre souhaite « qu’elles soient l’aiguillon de la réflexion pédagogique, le levier des initiatives, et aussi le moyen d’un dialogue renforcé avec les familles ».

Sans commentaire. Nous attendons les vôtres…

*Roland Goigoux est professeur à l’Université Clermont-Auvergne, spécialiste des questions d’enseignement de la lecture et assure également la formation de formateurs et de cadres de l’Éducation nationale.

Généralisation des CP-CE1 à 12 élèves ?

Une COM exaltante...pour une réalité désolante !

" Partout où on a de la difficulté scolaire, il faut mettre moins d’élèves par classe. C’est pour cela qu’on a cet objectif de douze (élèves). Et on va progressivement chercher à le généraliser parce que mon objectif, c’est qu’on puisse arriver, dans toutes les classes de France, à avoir en CP-CE1 - qui sont les moments où on apprend à lire, écrire, compter et se comporter - très peu d’élèves par classe, parce que c’est là qu’on va voir ceux qui ont des vraies difficultés et où on corrige des inégalités familiales".

Selon Les Echos, dans son long échange avec des maires le 15 janvier, Emmanuel Macron a lancé l’idée d’un dédoublement généralisé des CP et CE1.
Qu’en serait-il alors des 50 000 suppressions de postes projetés dans la Fonction publique d’État ? Cela nous promet-il des classes à 35 ailleurs, qui plus est en cours multiples ?
Encore une vaste opération de com qui fait pourtant bien le lit d’un système éducatif à l’américaine, de façon insidieuse et trompeuse !

cale




Documents Liés
PDF - 468.2 ko
PDF - 660.1 ko
CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo