Rechercher sur le Site

#Pasdevague, Stylos rouges et #JeSuisEnseignant ! 2019 une année sous haute-tension ?
Publié le 8 janvier 2019 | snudi fo 68

Tous niveaux confondus, les enseignants se mobilisent sur les réseaux sociaux pour exprimer leur colère.

La dévalorisation de la profession ainsi que l’aggravation des conditions de travail ont été contenues par une administration peu avare de moyens quand il s’agit de faire illusion par des effets d’annonce trompeurs et faussement bienveillants qui ne lui coûtent rien.

La chape de plomb se fissure pourtant laissant apparaître un malaise profond dans une profession déconsidérée où le personnel n’en peut plus ! A force de lui faire porter trop de casquettes, il s’épuise et se trouve confronté à l’inefficacité d’un système dont il ne peut porter à lui tout seul la multiplicité des tâches qui lui sont confiées tout particulièrement dans le premier degré.

La réforme en cours va consister à introduire la méritocratie pour revaloriser certains au détriment de la grande majorité ; elle va à l’encontre de l’unité enseignante en introduisant des techniques managériales indignes pour ceux qui ont choisi d’entrer dans la fonction publique dans un but d’intérêt général.

C’est pourquoi, dès le départ le SNUDI FO a refusé de signer PPCR dont il voyait se profiler les effets pervers sur nos carrières et sur leur déroulement de plus en plus opaque. La destruction des règles du mouvement (une seule phase au lieu de deux, attribution de postes de titulaires imposée, multiplication des postes à profil et bientôt personnel recruté en fonction des projets de groupes d’écoles …) impacteront directement la cohésion et l’ambition républicaine de notre école publique.

Il est vrai qu’à terme c’est la privatisation qui est recherchée mais lorsque l’on analyse les conséquences concrètes de la disparition des services publics dans les pays anglo-saxons pour une question de rentabilité au détriment du collectif on ne peut que s’insurger !

Le mouvement des gilets jaunes démontre à quel point les gens ont besoin de lien social et d’entraide, combien les services publics sont une nécessité pour sauvegarder le modèle français qui après-guerre, a donné la priorité aux individus en créant notre système social.

Rendre obsolète ce système en individualisant les parcours, en isolant les personnes et en laissant de côté ceux qui ont des chemins de vie chaotiques est-ce une réponse digne d’une gestion de l’humain au 21ème siècle ?

Il semblerait que non si l’on regarde les mouvements qui se développent ces dernières semaines qui ont tous comme points communs : la soif de SOLIDARITE, de justice sociale et de reconnaissance !

Toutes les alertes lancées ces dernières années par le SNUDI FO n’étaient pas sans fondement. L’école de la République est malmenée pour la discréditer et arriver à terme à une refondation inique la déclassant définitivement au profit d’écoles privées.

Ces mouvements, dont celui des gilets jaunes, interrogent le monde syndical :

La durée de mobilisation, l’ampleur des rassemblements, mais aussi les nombreux débordements imputables à tort ou à raison aux « vrais » ou « faux « gilets jaunes, impressionnent et malgré l’annonce répétée de l’affaiblissement du mouvement, le malaise semble perdurer.

Les réponses apportées tardivement par le gouvernement, qui a été bousculé par ces évènements, démontrent plus sa volonté de temporiser que de céder réellement ! (on parle de « moratoire », de « gel » des décisions, mais après le gel, il y aura le dégel !)

La question de la durée de la mobilisation se pose, et aussi la stabilité dans la revendication, chose qui est déjà fortement remise en question. Au début c’était la question des augmentations des tarifs des carburant, actuellement on trouve pêle mêle des revendications citoyennes, écologiques, sociétales…

Et quand le gouvernement, enfin contraint par la puissance et la durée de la mobilisation, décidera de commencer de vraies négociations, avec qui devra t-il négocier ? sur quelles bases ? légitimées par qui ?

Il est urgent de redonner aux syndicats la confiance et le soutien du monde du travail !

Il est urgent de se mobiliser pour faire vivre le syndicalisme, en se syndiquant, en participant à la vie du syndicat, en y prenant des responsabilités !

Il est urgent de se regrouper sur des bases claires et définies démocratiquement pour organiser la défense des intérêts des travailleuses et des travailleurs !

Pour rappel, le SNUDI FO fonctionne dans un cadre de démocratie directe où chaque syndicat départemental ou section  :

  • définit son cahier de revendications sur la base des demandes exprimées
    par les collègues
  • analyse et informe des conséquences des décrets, lois, circulaires… :
  • participe au conseil national du syndicat où toutes les revendications sont examinées et discutées pour aboutir à une feuille de route pour la période à venir (« résolution ») et chaque syndicat départemental est invité à faire siennes ces orientations définies collectivement
    -  avec lucidité et en veillant à prendre en compte l’ensemble des informations relatives aux orientations ministérielles
    - sans complaisance en refusant l’accompagnement pur et simple qui laisse les collègues dans l’ignorance des implications de ces mesures.

Avec le SNUDI FO, restons tous mobilisés pour défendre ces valeurs qui sont menacées.

La défiance vis-à-vis des syndicats est un indicateur de l’affaiblissement de la démocratie : certains se sont fourvoyés en voulant accompagner à tout prix les réformes, « espérant » les modifier à la marge, ce qui a eu pour effet de discréditer l’ensemble des syndicats, en alimentant une défiance sans précédent face aux reculs successifs et hautement préjudiciables à l’ensemble de la profession (par exemple la non prise en compte de la pénibilité du métier prolongeant les carrières jusqu’à 67 ans ! l’instauration du service minimum entravant fortement le droit de grève dans le premier degré, les 108h annualisés avec 0 prime et 0 heure supplémentaire, le point d’indice gelé, l’inclusion systématique sans moyen humain…)

Il est temps de retrouver un syndicalisme de terrain, de confiance et de combat !
Rejoignez-nous, syndiquez-vous !

cale




CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo