Rechercher sur le Site

TECHNIQUE DE « L’HAMEÇONNAGE » ?
Publié le 30 novembre 2020 | snudi fo 68

Les annonces tonitruantes et faussement bienveillantes envers l’école sont devenues monnaies courantes et pourtant, plus personne n’est dupe du moins chez les professeurs des écoles !

Après tout pourquoi les premiers concernés auraient-ils le droit à la parole ?

Grâce à l’article 1 de la loi Blanquer du 26 juillet 2019 plus de problème puisqu’il est interdit aux enseignants de s’exprimer sur leur métier…

Silence dans les rangs !

Pendant ce temps, la mise en place du Parcours Professionnel Carrière et Rémunération (PPCR) au 1er juin 2016 « a pour objectif de « mieux reconnaître » l’engagement des fonctionnaires civils et des militaires » en les « récompensant ».
C’est le retour des bons points mais pour les profs !

Il est vrai que nous ne sommes que des "profs" même si nous relevons de la catégorie des cadres ! Professeurs c’est bien moins cool… car plus intello euh plus intellectuels donc forcément dotés d’une pensée analytique pas très fun euh pas très consensuelle !?

Pour rappel : le SNUDI FO s’est opposé à la mise en place de cette imposture
qui se traduit aujourd’hui par :

La casse des statuts  : multiplication des postes à profil par un recrutement à la carte, hors CAPD
Ainsi, il pourra être fait appel à des enseignants ne justifiant pas des diplômes ou des titres requis, mais disposant d’une expérience professionnelle avérée.

Les postes à exigences particulières qui nécessitent la vérification préalable auprès du candidat de la détention de titres et/ou de diplômes ou de la possession d’une compétence ou expérience particulière. L’avis favorable émis par la commission est valable pour une période de trois ans quelles que soient les fonctions exercées durant cette période. Le candidat est donc dispensé d’entretien pendant trois ans s’il postule sur le même type de poste pour lequel l’avis favorable a été donné.

La transformation annoncée des postes de directeurs

La disparition des CAPD au 1er janvier 2020 qui découle de cette nouvelle gestion « humaine » alors que ces dernières garantissaient la transparence de la gestion des carrières des enseignants en veillant à l’application des règles statutaires !

Le déroulement des carrières à l’ancienneté pour quasiment tous pour permettre au plus petit nombre d’être RECONNUS financièrement à moindre coût puisque sur le dos des autres…

L’intensification du recrutement de contractuels pour pallier au manque de titulaires alors que le nombre de postes au concours baisse…Cela est en contradiction avec la « priorité au primaire » décrétée par le Ministre !

Cela s’apparente bien à une technique habile « d’hameçonnage » permettant
de nuire, in fine, à la majorité d’entre nous !

Pour votre information, le SNUDI FO vous invite à lire les communiqués « carte éducation prioritaire » et Grenelle Direction d’Écoles en pièces jointes.

Voici qu’à présent le Ministre s’entoure d’un conseil scientifique à l’institut de formation des cadres de l’éducation nationale composé de 15 membres* partageant tous la même idéologie !
Cela s’apparente davantage à une cuisine interne se passant d’ingrédients "exotiques" qui viendraient perturber la saveur recherchée…et qui va dans le sens d’un formatage bien huilé !

* https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042574600

cale




Documents Liés
CARTE EDUCATION PRIORITAIRE
PDF - 40.4 ko
GRENELLE DIRECTEURS
PDF - 931.8 ko
Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Le ministère annonce 2489 créations de postes dans le 1er degré. Ces créations sont à relativiser au regard de la suppression de 1800 postes dans le 2nd degré. Il s’agit bien pour le ministre Blanquer de déshabiller Pierre pour habiller Paul.

Comment combler le manque de RASED, le manque de remplaçants, le manque de décharge de direction, le manque d’enseignants référents ?
Comment assurer le maintien des conditions acceptables d’enseignement dans des classes à moins de 25 élèves ?
Comment prévoir les ouvertures nécessaires et maintenir les écoles rurales ouvertes ?
Comment rattraper des années d’austérité ?

D’autre part, rappelons qu’à la rentrée 2021 :

– 600 postes seront consacrés à une amélioration (d’ailleurs insignifiante) des quotités de décharge de directeurs ;
– 900 postes seront consacrés à assurer les journées de décharge des directeurs d’écoles de 1 à 3 classes, qui dans de nombreux départements, n’existent que sur le papier

Rappelons que l’enveloppe ministérielle doit aussi permettre de dédoubler les classes de grande section en REP+.

Que restera-t-il pour faire baisser les effectifs dans toutes les classes de manière significative, pour assurer le remplacement des personnels en congés, pour renforcer les postes d’enseignants spécialisés au moment où l’inclusion scolaire systématique et à marche forcée continue ses ravages ?

Rappelons que depuis 3 ans, le ministre supprime des places au concours de recrutement de professeurs des écoles. Plus de postes donc, mais moins d’enseignants fonctionnaires…

(voir en pj les mesures du CTM et la déclaration liminaire de la FNEC FP-FO au CTMEN du 16 décembre 2020)


CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo