Rechercher sur le Site

Statut et direction d’école : danger ! Non à une hiérarchie dans l’école ! communiqué intersyndical national SNUipp-FSU SNUDI-FO CGT SUD pour l’abandon de la loi Rilhac
Publié le 22 juin 2021 | snudi fo 68

Le 11 mars dernier, avec l’approbation du Ministre, le Sénat a aggravé la proposition de loi visant à créer « la fonction de directrice ou de directeur d’école », adoptée neuf mois plus tôt à l’Assemblée Nationale.

Cette proposition de loi avait été votée vidée de son contenu principal par les député-es. Si la délégation de compétences de l’autorité académique envers les directeurs-trices d’école déjà prévue par le texte initial, est maintenue, la phrase « II n’exerce pas d’autorité hiérarchique sur les enseignants de son écoIe. » présente dans le texte adopté à l’Assemblée Nationale, a été supprimée au Sénat. Cette phrase est remplacée par « II dispose d’une autorité fonctionnelle permettant Ie bon fonctionnement de l’écoIe et la réaIisation des missions qui lui sont confiées. » !

Le ministre tient plus que jamais à modifier en profondeur l’organisation des écoles et intégrer un lien hiérarchique.
Alors que le sujet de la charge de travail est une préoccupation centrale, la proposition de loi propose d’en ajouter en confiant des missions de formation ou de coordination !

Les professeur-e-s des écoles n’ont pas besoin de hiérarchie supplémentaire mais de collectif et de solidarité : c’est bien un modèle démocratique et collégial, celui des conseils des maîtres-ses, qui est menacé.

Si la proposition de loi est ainsi adoptée, elle bouleverserait en profondeur le fonctionnement collectif de l’école tel que nous le connaissons et revendiquons. C’est pourquoi nous demandons son abandon.

210601-Tract-intersyndical-loi-Rilhac

cale




Documents Liés
TRACT INTERSYNDICAL LOI RILHAC
PDF - 1.8 Mo
Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Le ministère annonce 2489 créations de postes dans le 1er degré. Ces créations sont à relativiser au regard de la suppression de 1800 postes dans le 2nd degré. Il s’agit bien pour le ministre Blanquer de déshabiller Pierre pour habiller Paul.

Comment combler le manque de RASED, le manque de remplaçants, le manque de décharge de direction, le manque d’enseignants référents ?
Comment assurer le maintien des conditions acceptables d’enseignement dans des classes à moins de 25 élèves ?
Comment prévoir les ouvertures nécessaires et maintenir les écoles rurales ouvertes ?
Comment rattraper des années d’austérité ?

D’autre part, rappelons qu’à la rentrée 2021 :

– 600 postes seront consacrés à une amélioration (d’ailleurs insignifiante) des quotités de décharge de directeurs ;
– 900 postes seront consacrés à assurer les journées de décharge des directeurs d’écoles de 1 à 3 classes, qui dans de nombreux départements, n’existent que sur le papier

Rappelons que l’enveloppe ministérielle doit aussi permettre de dédoubler les classes de grande section en REP+.

Que restera-t-il pour faire baisser les effectifs dans toutes les classes de manière significative, pour assurer le remplacement des personnels en congés, pour renforcer les postes d’enseignants spécialisés au moment où l’inclusion scolaire systématique et à marche forcée continue ses ravages ?

Rappelons que depuis 3 ans, le ministre supprime des places au concours de recrutement de professeurs des écoles. Plus de postes donc, mais moins d’enseignants fonctionnaires…

(voir en pj les mesures du CTM et la déclaration liminaire de la FNEC FP-FO au CTMEN du 16 décembre 2020)


CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo