Rechercher sur le Site

Pourquoi se mobiliser contre la réforme des retraites devient indispensable ?
Publié le 24 septembre 2019 | snudi fo 68

Nous professeurs des écoles n’avons pas fini d’être déclassés. Nos pensions sont maintenant elles-aussi menacées !
Non seulement la progression de nos salaires n’a pas suivi celle des autres pays européens mais le gel du point d’indice depuis plus d’une douzaine d’années n’a fait qu’accentuer l’écart !
Sans compter que la cotisation retraite qui était de 7,5 % avant 2010 doit atteindre 11,10 % en 2020 et qu’elle réduit mécaniquement les rémunérations …

-* Un enseignant recruté à bac ou bac + 2 finissait sa carrière au bout de 37,5 ans jusqu’en 2003 et il pouvait partir à 55 ans sans décote et avec 75 % de pension calculée sur les 6 derniers mois.

-* Depuis les PE sont recrutés à bac + 5 pour une carrière de 42 voire 43 ans alors qu’ils débutent plus tard et qu’une décote de 5 % s’applique par année non effectuée au-delà des 62 ans requis !

-* Par ailleurs un instituteur (catégorie B : technicien) commençait sa carrière à plus de deux smic en 1982 ; aujourd’hui un PE (catégorie A : cadre) commence à 1,2 smic !!!

C’est une paupérisation avérée avec une augmentation « gratuite » des missions liée au changement de catégorie :
un cadre (catégorie A) est aujourd’hui par définition corvéable à merci !

Avec le système à points, il n’y aura plus aucune garantie de revenus fixes.

-* La valeur du point variable et fluctuante en fonction de la conjoncture économique ne garantira plus de revenus fixes versés aux retraités.

-* Si l’âge pivot retenu est 64 ans, même ceux qui auront atteint leur nombre de trimestres cotisés à 62 ans (âge de retraite légal) seront décotés. Cela s’appelle de la SPOLIATION pure et simple.

-* Pour finir, le calcul de la pension se fera sur TOUTE LA CARRIERE et non plus sur les 6 derniers mois. Là encore c’est une perte sèche estimée à près de 480 euros par mois en moyenne pour les enseignants du 1er degré !

En résumé, travailler plus, dans des conditions précaires et dégradées pour finir au mieux avec une pension inférieure à 2 000 euros voire pour certains à une pension à peine supérieure au minimum retraite est-ce-cela la méritocratie et la bienveillance dont on nous rebat les oreilles ?!

Pour illustrer ces propos une comparaison entre le système actuel et la pension par points préconisée par la réforme Delevoye se trouve en pièce-jointe.

Tout cela s’opère grâce au PPCR qui a rendu possible l’individualisation des parcours associé au nouveau contrat social qui se met en place (cf. pj) et à la loi de transformation de la fonction publique publiée le 7 août 2019 au journal officiel !
Alors, convaincus ?

Pour info : Force Ouvrière a mobilisé plus de 15 000 personnes à Paris samedi 21 septembre contre les retraites à la carte. Il ne tient qu’à nous tous d’accroître la mobilisation !

cale




Documents Liés
Comparaison retraite avant et après réforme par points
PDF - 241 ko
Communiqué FNEC FO
Word - 110.3 ko
Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Le ministère annonce 2489 créations de postes dans le 1er degré. Ces créations sont à relativiser au regard de la suppression de 1800 postes dans le 2nd degré. Il s’agit bien pour le ministre Blanquer de déshabiller Pierre pour habiller Paul.

Comment combler le manque de RASED, le manque de remplaçants, le manque de décharge de direction, le manque d’enseignants référents ?
Comment assurer le maintien des conditions acceptables d’enseignement dans des classes à moins de 25 élèves ?
Comment prévoir les ouvertures nécessaires et maintenir les écoles rurales ouvertes ?
Comment rattraper des années d’austérité ?

D’autre part, rappelons qu’à la rentrée 2021 :

– 600 postes seront consacrés à une amélioration (d’ailleurs insignifiante) des quotités de décharge de directeurs ;
– 900 postes seront consacrés à assurer les journées de décharge des directeurs d’écoles de 1 à 3 classes, qui dans de nombreux départements, n’existent que sur le papier

Rappelons que l’enveloppe ministérielle doit aussi permettre de dédoubler les classes de grande section en REP+.

Que restera-t-il pour faire baisser les effectifs dans toutes les classes de manière significative, pour assurer le remplacement des personnels en congés, pour renforcer les postes d’enseignants spécialisés au moment où l’inclusion scolaire systématique et à marche forcée continue ses ravages ?

Rappelons que depuis 3 ans, le ministre supprime des places au concours de recrutement de professeurs des écoles. Plus de postes donc, mais moins d’enseignants fonctionnaires…

(voir en pj les mesures du CTM et la déclaration liminaire de la FNEC FP-FO au CTMEN du 16 décembre 2020)


CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo