Rechercher sur le Site

Nous aurait-on dupés ? A vous d’en juger…
Publié le 4 avril 2022 | snudi fo 68

Rattrapés par une gestion à bas coût de notre profession depuis plus de 15 ans, la casse de notre statut vient couronner cette privatisation rampante et ouvre la porte au management dont le principe n’est pas la qualité mais la rentabilité…

Pour les services publics dont celui de l’EN cela se traduit par :

· la fermeture de postes (fusion entre écoles élémentaires et maternelles permettant de supprimer des postes de direction en grand nombre),

· la fermeture d’écoles rurales (400 en 2019),

· le recrutement des directeurs avec autorité fonctionnelle conformément à la loi Rilhac (la loi a été promulguée le 21 décembre 2021),

· la prolifération des postes à profil pour travailler dans des secteurs particuliers,

· la perte de son poste pour un titulaire lorsque celui-ci devient poste à profil et que l’enseignant ne répond pas aux critères de sélection…

· le changement de règles du mouvement opérant une véritable déréglementation dans le droit à mutation,

· une opacité galopante avec mise à l’écart des représentants du personnel pour veiller à la bonne application des textes lors des CAPD mouvement disparues en 2020 (la Loi de transformation de la Fonction Publique a été adoptée à l’été 2019 et donne à l’administration toute latitude de modifier à sa guise la pondération des barèmes ou autre élément du mouvement.),

· une précarisation des enseignants qui peinent à obtenir un poste fixe malgré des années de bons et loyaux services,

· l’augmentation des contractuels au détriment des listes complémentaires,

· la gestion du remplacement privatisée avec le logiciel ANDJARO,

· la fusion des CTSD avec les CHSCT. C’est une attaque terrible contre les droits des personnels, dont les représentants ont un rôle de plus en plus mineur alors que les conditions de travail sont de plus en plus délétères et que les carrières s’allongent de façon intenable…

· l’individualisation des parcours qui ne permet plus d’avoir une vision d’ensemble des carrières,

· des disparités énormes qui apparaissent lorsque certains d’entre nous font valoir leur droit à retraite après plusieurs réformes suprêmement pernicieuses…quant à celle annoncée, elle est juste intolérable,

· …

Lorsque des cabinets privés qui plus est américains viennent orienter les choix politiques pour l’école (entre autres), on comprend mieux pourquoi le ministre Blanquer a mis autant de zèle à nous imposer ses réformes sans concertation avec les représentants du personnel !

L’école de la République aurait-elle vécu ?

N’acceptons pas ce qu’on nous « vend » comme un impératif nécessaire à la survie des services publics.

Le « en même temps » est à lui seul le summum de la contradiction et l’école et ses agents le payent très cher !

cale




Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Le ministère annonce 2489 créations de postes dans le 1er degré. Ces créations sont à relativiser au regard de la suppression de 1800 postes dans le 2nd degré. Il s’agit bien pour le ministre Blanquer de déshabiller Pierre pour habiller Paul.

Comment combler le manque de RASED, le manque de remplaçants, le manque de décharge de direction, le manque d’enseignants référents ?
Comment assurer le maintien des conditions acceptables d’enseignement dans des classes à moins de 25 élèves ?
Comment prévoir les ouvertures nécessaires et maintenir les écoles rurales ouvertes ?
Comment rattraper des années d’austérité ?

D’autre part, rappelons qu’à la rentrée 2021 :

– 600 postes seront consacrés à une amélioration (d’ailleurs insignifiante) des quotités de décharge de directeurs ;
– 900 postes seront consacrés à assurer les journées de décharge des directeurs d’écoles de 1 à 3 classes, qui dans de nombreux départements, n’existent que sur le papier

Rappelons que l’enveloppe ministérielle doit aussi permettre de dédoubler les classes de grande section en REP+.

Que restera-t-il pour faire baisser les effectifs dans toutes les classes de manière significative, pour assurer le remplacement des personnels en congés, pour renforcer les postes d’enseignants spécialisés au moment où l’inclusion scolaire systématique et à marche forcée continue ses ravages ?

Rappelons que depuis 3 ans, le ministre supprime des places au concours de recrutement de professeurs des écoles. Plus de postes donc, mais moins d’enseignants fonctionnaires…

(voir en pj les mesures du CTM et la déclaration liminaire de la FNEC FP-FO au CTMEN du 16 décembre 2020)


CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo