Rechercher sur le Site

L’estocade finale du « mammouth » : un vent vicié va souffler dès la rentrée des classes…
Publié le 14 juin 2020 | snudi fo 68

« ALORS QU’ATTENDEZ-VOUS POUR DEVENIR LE PROF LE PLUS COOL QUE VOUS CONNAISSEZ ? »

C’est le thème de la campagne de recrutement du ministère de l’Education Nationale,
sur le tabloïd privé Konbini, dont le slogan est

« TOUS LES CHEMINS MÈNENT AU BONHEUR ! »

L’artillerie lourde est de sortie :

« QUAND ON DIT BONHEUR ON PARLE D’UNE EXPÉRIENCE PRO ENRICHISSANTE, QUI ENRICHIT AUSSI VOTRE COMPTE BANCAIRE ET QUI DECLENCHE DES VOCATIONS ! »

La campagne fut éphémère suite aux protestations qui se sont élevées (le lien a disparu !) mais il fallait oser ! C’est que la débâcle planifiée du service public est à ce point avancée que la réserve n’était plus de mise …
***********************************************************************************

Les enseignants seraient-ils des lâches ? Voici la dernière question qui taraude quelques donneurs de leçons !

Réactiver la haine du fonctionnaire pour mieux l’éradiquer, tel est le chemin emprunté par certains pour mieux préparer le monde d’après…

Ainsi, le protocole sanitaire très strict édicté par le ministère pour la réouverture des écoles se retourne contre les professeurs qui manqueraient de courage et pire, feraient preuve de lâcheté pour accueillir tous les élèves…

Évidemment lorsque la continuité pédagogique est désignée comme la pierre angulaire par le Ministre de l’Education Nationale et que la réalité s’apparente à une sélection liée à l’emploi des parents, il est évident que les élèves qui nécessitent le plus d’être rescolarisés ne peuvent que passer au second plan !

De là à comparer l’exemplarité des soignants à la lâcheté des enseignants en termes de continuité du service public comme le font des éditorialistes et des journalistes de télévision ou de radio, il n’y a qu’un pas qui a été franchi ! C’est inacceptable, irresponsable et condamnable !

Aucune étude sérieuse ne permet à ces personnes d’assener une telle contre vérité !

Mais si le journalisme est un véritable travail d’investigation, certains éditorialistes ne seraient-ils là que pour détourner une vérité bien plus cynique à savoir celle du démantèlement de l’Ecole Publique ?

Il faut dire que le Ministre de l’Éducation Nationale lui-même souffle le chaud et le froid dans cet incontournable « en même temps » !
Lorsqu’il parle de reprise, n’oublie-t-il pas que nous n’avons jamais arrêté de travailler et que le télétravail en a été le moyen ?
Chronophage, difficile à mettre en œuvre le travail invisible des profs est définitivement nié c’est tellement commode…
Par contre, n’oublie-t-il pas de dire que si le télétravail profitait à tous ou presque, les PE ne peuvent continuer d’assurer le distanciel et le présentiel liés à ladite « reprise » ?!

N’y a-t-il pas une inégalité majeure éludée ?

Afin d’occuper la scène médiatique Monsieur Blanquer a dit tout et son contraire.

Il ne faudrait pas que des journalistes en manque de sensationnel se fassent les vecteurs d’une propagande facile et préjudiciable à tous en se posant les questions suivantes :

  • Ø Quelle est la nécessité de mettre en place le 2S2C dans un contexte où la continuité pédagogique fait défaut ?

Les classes surchargées depuis la réduction massive de postes entre 2007 et 2012 (80 000 postes d’enseignants) ne permettent pas de coller au protocole sanitaire qui impose 15 élèves maximum en classe et mettre en place le 2S2C ne fait que rendre secondaire cette continuité pédagogique…

  • Ø Quelle est la nécessité de mettre en place un partenariat avec les communes si ce n’est pour alléger le coût de l’instruction des élèves au profit d’une garderie qui, sur temps scolaire, donnerait l’illusion que l’école est un centre de loisirs ?

Et surtout :

  • Ø Quelle est la nécessité de transformer les postes de directeurs en emplois fonctionnels dès septembre ?

Nommés pour une durée déterminée par les DASEN ces nouveaux directeurs devront justifier de 5 années d’exercice en tant que PE ou de directeur d’école.
(Proposition de loi Rilhac étudiée par l’Assemblée Nationale le 22 juin)
Ils pourront être révoqués à tout moment s’ils ne donnent pas SATISFACTION (comprenez s’ils n’obéissent pas au doigt et à l’œil aux DASEN) et occuperont leur fonction en détachement laissant ainsi leur poste de titulaire aux PE via le mouvement …
Des personnels non enseignants pourront être également affectés sur ces postes !
Nul doute que les tensions au sein des équipes risquent d’être contreproductives voire délétères…

  • Ø Le SNUDI FO vous invite à lire les 4 pages « spécial directeurs » qu’il a rédigées dans lesquelles il analyse factuellement les conséquences de cette estocade finale qui aura raison du « mammouth » mais pas de son administration aux ordres du libéralisme.

L’école de la confiance a définitivement montré son vrai visage en signant la mort de l’Education Nationale !

  • Ø Dans le communiqué intersyndical ci-joint, FO s’associe aux revendications des personnels hospitaliers qui seront en grève le 16 juin car leurs revendications sont les nôtres !

Rassemblements prévus :

  • - A Colmar à 9 heures devant l’hôpital Pasteur puis chaîne humaine vers midi ;
  • - A Mulhouse, à 14 heures Place de la Réunion ;
  • - A Guebwiller à 14 heures devant l’hôpital.

Allocution présidentielle du 14 juin :

Retour obligatoire des élèves à l’école et au collège le 22 juin !

Tel un grutier, le Président manœuvre notre pays de façon saccadée et sans finesse, ne cherchant plus à enrober sa vision libérale du monde d’avant et sans avoir tiré aucune leçon de la crise COVID à laquelle nous sommes pourtant encore confrontés…
Ainsi, dès le 22 juin tous les élèves reprendront le chemin de l’école en « adaptant » le protocole sanitaire.

Nous attendons mercredi 17 juin pour connaître les consignes du ministre de l’Éducation Nationale concernant cette reprise mais nous ne doutons pas de sa maîtrise totale dans l’art du grand écart et dont il nous fera la démonstration dans deux jours !!!

L’adaptabilité enseignante durant cette année scolaire hors norme n’est plus à démontrer et pourtant aucune parole envers le corps professoral et aucune recherche d’apaisement pour éteindre le prof-bashing dont il fait l’objet. Seuls des ordres et des contre-ordres avec effet « immédiat » sont assénés à un personnel modelable et élastique mais qui n’en reste pas moins humain, il ne faudrait pas l’oublier !

En pièces jointes :

  • Quatre pages FO sur la mission fonctionnelle des directeurs.
cale




Documents Liés
Spécial directeurs
PDF - 377.1 ko
intersyndical educ personnel hospitalier en grève le 16 juin
PDF - 138.9 ko
CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo