Rechercher sur le Site

GESTION DU HANDICAP : TOUS CONCERNÉS ! RENTRÉE 2021 : TOUT LE TERRITOIRE SERA ORGANISÉ EN PIAL
Publié le 17 mai 2021 | snudi fo 68

Qu’est-ce qu’un PIAL ?

C’est un outil de mutualisation des moyens alloués aux élèves en situation de handicap.

La loi n°2019-791 du 26 juillet 2019 pour une école de la confiance a créé les PIAL (Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisés).
Ces pôles ont des conséquences à la fois sur les conditions de travail des personnels qu’ils soient AESH et enseignants mais également sur la prise en charge de l’accompagnement des élèves en situation de handicap.

Des Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisés sont créés dans chaque département. Ils ont pour objet la coordination de moyens d’accompagnement humain au sein des écoles et établissements scolaires de l’enseignement public et de l’enseignement privé sous contrat. Ils constituent des pôles ressources à destination de la communauté éducative ; ils associent à cet effet des professionnels de santé et les gestionnaires des établissements et services médico-sociaux.
Titre I, Chapitre IV, Article 25 de la loi n°2019-791 du 26 juillet 2019 pour une école de la confiance.

En quoi les PIAL posent-ils problème selon le SNUDI FO ?

Ils vont de pair avec la destruction des structures spécialisées pour les raisons suivantes :
-  Mutualisation et flexibilisation des AESH au sein d’un territoire ;
-  Baisse du nombre d’heures d’accompagnement des élèves (il n’est plus question de partir des besoins des élèves mais de partir d’un nombre d’heures globalisées attribuées au PIAL). Des milliers d’enfants se voient privés de l’accompagnement dont ils ont besoin.
Dans certains PIAL, il manque des dizaines d’heures d’accompagnement des élèves. A charge aux équipes enseignantes et aux AESH de s’adapter à cette pénurie de moyens !
-  Après les enseignants, les personnels médico-sociaux deviennent personnels ressources : les EMAS (Equipes Mobiles d’Appui Médicosocial) doivent répondre en mode « pompiers volants » aux demandes d’aides en milieu ordinaire…

Rappelons que le ministre Blanquer a annoncé la scolarisation de 80 % des élèves d’IME et d’ITEP en milieu ordinaire !

Pour suivre et impulser le démantèlement de tout l’enseignement spécialisé ainsi qu’imposer l’inclusion systématique, les ministres Blanquer et Cluzel ont créé le Comité National de Suivi de l’école inclusive dont les comptes-rendus accessibles sur le site du ministère nous donnent la feuille de route explicite du gouvernement.

Depuis septembre 2020, les comités départementaux de suivi de l’École Inclusive sont installés dans les départements ayant pour objectif de mettre en place la politique inclusive du gouvernement et la restructuration des établissements spécialisés.

Les conséquences de la mise en place de PPCR que le SNUDI FO était le seul à combattre, prennent toute leur place dans l’inclusion systématique et la politique d’évaluation des personnels !

Des collègues alertant la hiérarchie au sujet d’élèves posant des problèmes en classe en raison de manque de soins se voient contraints à un accompagnement obligatoire imposé par PPCR avec des visites de conseillers pédagogiques et des rapports écrits préconisant bien souvent des actions irréalisables par un enseignant en charge d’une classe entière…

Le SNUDI FO est aux côtés des collègues pour les défendre et dénoncer cet accompagnement.

Rappelons que le ministre Blanquer mettra en place les évaluations d’écoles à compter de la rentrée 2021.

Nul doute que ces évaluations seront un levier supplémentaire pour imposer l’inclusion systématique contre l’intérêt des élèves et des personnels.

Le SNUDI FO demande :
-  Le maintien et le rétablissement des structures spécialisées
-  Une revalorisation des salaires et la possibilité de contrats à temps complet pour permettre aux AESH de vivre dignement de leur travail ;
-  L’abandon des PIAL et de la politique de mutualisation des moyens ;
-  La création d’un véritable statut de la Fonction Publique pour reconnaître le métier d’AESH ;
-  De recruter massivement des AESH pour permettre aux élèves ayant des notifications d’être accompagnés à hauteur de besoins.

cale




Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Le ministère annonce 2489 créations de postes dans le 1er degré. Ces créations sont à relativiser au regard de la suppression de 1800 postes dans le 2nd degré. Il s’agit bien pour le ministre Blanquer de déshabiller Pierre pour habiller Paul.

Comment combler le manque de RASED, le manque de remplaçants, le manque de décharge de direction, le manque d’enseignants référents ?
Comment assurer le maintien des conditions acceptables d’enseignement dans des classes à moins de 25 élèves ?
Comment prévoir les ouvertures nécessaires et maintenir les écoles rurales ouvertes ?
Comment rattraper des années d’austérité ?

D’autre part, rappelons qu’à la rentrée 2021 :

– 600 postes seront consacrés à une amélioration (d’ailleurs insignifiante) des quotités de décharge de directeurs ;
– 900 postes seront consacrés à assurer les journées de décharge des directeurs d’écoles de 1 à 3 classes, qui dans de nombreux départements, n’existent que sur le papier

Rappelons que l’enveloppe ministérielle doit aussi permettre de dédoubler les classes de grande section en REP+.

Que restera-t-il pour faire baisser les effectifs dans toutes les classes de manière significative, pour assurer le remplacement des personnels en congés, pour renforcer les postes d’enseignants spécialisés au moment où l’inclusion scolaire systématique et à marche forcée continue ses ravages ?

Rappelons que depuis 3 ans, le ministre supprime des places au concours de recrutement de professeurs des écoles. Plus de postes donc, mais moins d’enseignants fonctionnaires…

(voir en pj les mesures du CTM et la déclaration liminaire de la FNEC FP-FO au CTMEN du 16 décembre 2020)


CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo