Rechercher sur le Site

Dossier spécial « Constellations » : un dispositif issu de PPCR, cheval de Troie du nouveau management du « Grenelle »
Publié le 8 novembre 2021 | snudi fo 68

Dans une circulaire intitulée « Consolidation des plans français et mathématiques », le ministre précise que les formations dites « en constellations » constituent « un objectif de formation essentiel et une priorité en matière de remplacement ».
Et cela alors que les postes manquent partout et que, dès la rentrée, des classes se sont retrouvées sans enseignant...

Pourquoi un tel acharnement à imposer ces formations en
« constellations » ?

Pour comprendre, il faut partir de l’origine ¬ le protocole PPCR
sur l’évaluation des enseignants et son volet « accompagnement » ¬ pour aller vers l’objectif du ministre : le « Grenelle » qui vise à totalement individualiser les carrières en instaurant une logique RH (ressources humaines) comme dans le privé.

Accentuer l’« accompagnement » permanent des personnels et « consolider les dynamiques en cours »
Le ministre entend imposer à tous les PE au moins deux années sur six de formation en « constellations » (une fois en français, une fois en mathématiques sur six ans) pour une durée annuelle de 30h (contre 18h normalement prévues pour la formation dans les obligations réglementaires de service des PE) cherchant à imposer des visites de pairs et de conseillers pédagogiques dans les classes. Il est demandé aux IA de
planifier ce calendrier sur 6 ans dès l’année 2021/2022. Il est tout à fait possible d’en imposer plus comme on le voit dans certains départements.

Vers le nouveau management du « Grenelle »
Le ministre explique lui¬-même que « les plans français et mathématiques répondent aux enjeux soulevés par les participants au Grenelle de l’Éducation, en faveur d’une formation de proximité, dans la durée, entre pairs et répondent à des besoins contextualisés ».

Assurer le « geste professionnel et la chaîne de pilotage »
Le ministre entend à travers ce plan engager « la transformation de la formation continue » pour aller vers « la fixation et l’atteinte d’objectifs quantitatifs et qualitatifs (…) Il s’agit d’assurer le geste professionnel des professeurs (…) et la chaîne de pilotage, du recteur aux professeurs. »
Tout est dit…

Mettre les personnels au pas
Il s’agit pour le ministre de mettre au pas les personnels, tant sur le plan pédagogique qu’en les soumettant aux contreréformes, allant ainsi à l’encontre de la liberté pédagogique.

Cela passe également par d’autres dispositifs qui s’articulent entre eux : évaluations d’école, renforcement de l’accompagnement PPCR, mise en place d’une hiérarchie intermédiaire pour caporaliser la profession (conseillers pédagogiques, PEMF, directeurs d’école ?) …

Le ministre cherche à faire de l’école son propre recours. Il veut responsabiliser les enseignants notamment sur les résultats des élèves qui reposeraient sur eux et non plus sur le système éducatif (contre¬réformes, manque de moyens…). Le ministre utilise donc ces formations par constellations pour aboutir à son nouveau management, à la France Télécom, basé sur l’accompagnement perpétuel PPCR.

Le SNUDI¬-FO, avec sa fédération la FNEC FP ¬FO, continue ses interventions à tous les niveaux pour faire échec aux remises en cause statutaires du « Grenelle » dont les formations « en constellations » forment un élément saillant. Elle invite les personnels à se réunir pour discuter des revendications et des moyens de les faire aboutir.

cale




Documents Liés
JOURNAL CONSTELLATIONS
PDF - 809.9 ko
Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Le ministère annonce 2489 créations de postes dans le 1er degré. Ces créations sont à relativiser au regard de la suppression de 1800 postes dans le 2nd degré. Il s’agit bien pour le ministre Blanquer de déshabiller Pierre pour habiller Paul.

Comment combler le manque de RASED, le manque de remplaçants, le manque de décharge de direction, le manque d’enseignants référents ?
Comment assurer le maintien des conditions acceptables d’enseignement dans des classes à moins de 25 élèves ?
Comment prévoir les ouvertures nécessaires et maintenir les écoles rurales ouvertes ?
Comment rattraper des années d’austérité ?

D’autre part, rappelons qu’à la rentrée 2021 :

– 600 postes seront consacrés à une amélioration (d’ailleurs insignifiante) des quotités de décharge de directeurs ;
– 900 postes seront consacrés à assurer les journées de décharge des directeurs d’écoles de 1 à 3 classes, qui dans de nombreux départements, n’existent que sur le papier

Rappelons que l’enveloppe ministérielle doit aussi permettre de dédoubler les classes de grande section en REP+.

Que restera-t-il pour faire baisser les effectifs dans toutes les classes de manière significative, pour assurer le remplacement des personnels en congés, pour renforcer les postes d’enseignants spécialisés au moment où l’inclusion scolaire systématique et à marche forcée continue ses ravages ?

Rappelons que depuis 3 ans, le ministre supprime des places au concours de recrutement de professeurs des écoles. Plus de postes donc, mais moins d’enseignants fonctionnaires…

(voir en pj les mesures du CTM et la déclaration liminaire de la FNEC FP-FO au CTMEN du 16 décembre 2020)


CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo