Rechercher sur le Site

DES PROFESSEURS ABANDONNES ET DESABUSES !
Publié le 4 octobre 2021 | snudi fo 68

Quand les politiques menées contre l’EN viennent à bout des bonnes volontés, la privatisation rampante peut s’afficher au grand jour !

En principe on ne devrait pas jongler avec les personnels comme on jongle avec les balles !
Pourtant, la déshumanisation qui accompagne la dégradation des conditions de travail des salariés en général et des fonctionnaires de l’EN dans le cas présent permet d’en douter.

Tout d’abord, les postes proposés au mouvement ces 15 dernières années n’ont cessé de diminuer.
Là où autrefois un enseignant nouvellement recruté pouvait être titulaire de son poste dans des délais inférieurs à 5 ans de carrière, il faut à présent multiplier par 3 voire plus les années pour se fixer.
Entre les priorités, les suppressions de postes, les fermetures de classes, les postes à profil, les zonages, les disparités de moyens, les difficultés du métier et l’allongement des carrières, peut-on s’étonner de voir que notre métier décourage, épuise et subit une désaffection ?

Voici en quelques mots le témoignage d’une jeune enseignante après 4 ans de métier :
« Je bosse quasi tous les soirs de la semaine jusqu’à 22/23 heures » ;
A propos des élèves en REP+ Ulis : « ils sont violents et insolents » ;
« Je suis au bout de la chaîne d’une société qui fout le camp » !

On peut se désoler de voir que tout est fait pour que les enseignants n’aient plus de perspectives de carrières et que très vite ceux qui le peuvent quittent l’EN pour être remplacés par des contractuels.

Le plus grave dans l’histoire c’est que la main sur le cœur notre ministre soutient que sa politique est la bonne et que tout est fait pour l’égalité des chances en toute bienveillance…

La France n’est pas championne dans la maîtrise des langues étrangères mais quand le Ministre utilise des mots à contresens, il est fort à parier que nous allons tous y perdre notre latin et bien pire encore !

Déboussolés et perplexes face aux injonctions, nous assistons à l’effondrement du service public d’éducation (entre autres) sans être entendus ce qui ajoute au sentiment de colère le sentiment d’être manipulés pour mettre en place de façon autoritaire un système extrêmement rétrograde.

PLUS D’INFO :
https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-choix-franceinfo/le-nombre-de-demissions-denseignants-a-triple-en-10-ans-c-etait-trop-difficile-psychologiquement_4774265.html
A lire aussi  :
Adoubée par Blanquer, une association place ses disciples dans les salles des profs
L’association Le Choix de l’école repère des diplômés de grandes écoles désireux d’enseigner dans les quartiers défavorisés, puis pousse leurs CV auprès des rectorats. Mais de plus en plus d’enseignants dénoncent « une officine ultra-libérale ». Enquête sur un partenariat qui fâche.(Blog Mediapart)

cale




Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Le ministère annonce 2489 créations de postes dans le 1er degré. Ces créations sont à relativiser au regard de la suppression de 1800 postes dans le 2nd degré. Il s’agit bien pour le ministre Blanquer de déshabiller Pierre pour habiller Paul.

Comment combler le manque de RASED, le manque de remplaçants, le manque de décharge de direction, le manque d’enseignants référents ?
Comment assurer le maintien des conditions acceptables d’enseignement dans des classes à moins de 25 élèves ?
Comment prévoir les ouvertures nécessaires et maintenir les écoles rurales ouvertes ?
Comment rattraper des années d’austérité ?

D’autre part, rappelons qu’à la rentrée 2021 :

– 600 postes seront consacrés à une amélioration (d’ailleurs insignifiante) des quotités de décharge de directeurs ;
– 900 postes seront consacrés à assurer les journées de décharge des directeurs d’écoles de 1 à 3 classes, qui dans de nombreux départements, n’existent que sur le papier

Rappelons que l’enveloppe ministérielle doit aussi permettre de dédoubler les classes de grande section en REP+.

Que restera-t-il pour faire baisser les effectifs dans toutes les classes de manière significative, pour assurer le remplacement des personnels en congés, pour renforcer les postes d’enseignants spécialisés au moment où l’inclusion scolaire systématique et à marche forcée continue ses ravages ?

Rappelons que depuis 3 ans, le ministre supprime des places au concours de recrutement de professeurs des écoles. Plus de postes donc, mais moins d’enseignants fonctionnaires…

(voir en pj les mesures du CTM et la déclaration liminaire de la FNEC FP-FO au CTMEN du 16 décembre 2020)


CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo