Rechercher sur le Site

DES PAROLES LOIN DES ACTES : Jean-Michel Blanquer démasqué !
Publié le 27 mai 2020 | snudi fo 68

La période inédite que nous venons tous de traverser a laissé entrevoir à quel point les services publics ont un rôle capital à jouer dans la cohésion sociale.

La réduction de ces services voire leur disparition dans certains territoires ont creusé les inégalités et affaibli des pans entiers de la société.

Dans son livre « L’Archipel français Naissance d’une nation multiple et divisée » Jérôme Fourquet nous montre comment en quelques décennies, tout a changé en France ;

« c’est un archipel d’îles s’ignorant les unes les autres qui se dessine. (…) À la lumière de ce bouleversement sans précédent, on comprend mieux la crise que traverse notre système politique : dans ce contexte de fragmentation, l’agrégation des intérêts particuliers au sein de coalitions larges est tout simplement devenue impossible. »

Ces deux dernières années nous avons connu :

· Le mouvement des Gilets Jaunes, (revendications politiques et sociales)

· La grève des soignants qui durant un an ont essayé de dénoncer l’appauvrissement des hôpitaux et la dégradation de leurs conditions de travail.

· Les manifestations et les grèves contre la réforme des retraites …

· La COVID-19 et le CONFINEMENT durant lequel un espoir a germé concernant le « monde d’après » !

Plus de solidarité, plus de commun, plus de sens ?

Durant le confinement, les invisibles sont devenus les premiers de corvée, les soignants ont été applaudis tous les soirs à 20 heures, tout le monde s’est senti concerné par un dessein commun à savoir la SANTE qui s’est traduit par « Prenez soin de vous » !

Le post-confinement depuis le 11 mai
Dans l’Education Nationale cette sortie de confinement se traduit par la volonté du ministre d’encadrer de façon extrêmement autoritaire la liberté pédagogique chère aux enseignants ! Le temps de l’espoir fut bref…

Et pourtant, la débrouille pour faire fonctionner l’école à distance sur « ordre » du ministre et cela sans formation et avec son matériel informatique privé a montré combien l’ingéniosité des enseignants ne doit pas être bridée mais au contraire encouragée…car c’est par elle que de nombreux enfants ont pu garder un lien avec l’école !

Ainsi, au lieu de tirer les leçons de l’état de l’école :

  • · Après des années de casse appelée « REFORMES » : réduction des postes d’adjoints, de RASED, suppressions de postes, fermetures d’écoles, inclusion scolaire généralisée, augmentation des effectifs
  • · Après l’attaque des droits des personnels : mise en place de PPCR (l’équivalent de la loi travail dans le privé), méritocratie, postes à profil, disparition des représentants du personnel lors des CAPD,
  • · Après la mise en place de la loi de transformation de la fonction publique (loi Dussopt) pour faire sauter les statuts et manager…
  • · Après la réforme des retraites, simplement « suspendue » mais toujours d’actualité,

Voilà que JM Blanquer introduit un nouveau cheval de Troie et veut imposer un partenariat avec les communes via le 2S2C (sport, santé, culture, civisme) !

Le SNUDI FO n’a cessé d’informer les collègues sur cette orientation voulue de longue date (rythmes scolaires et TAP en 2013 qui ont introduit un partenariat avec les communes pour gérer les temps périscolaires) mais avec cette fois-ci une cohabitation simultanée entre la prise en charge des élèves par leurs enseignants et par les partenaires extérieurs…

Pourquoi le 2S2C* ?

Le 2 juin, tous les élèves étant susceptibles de revenir à l’école, l’accueil en alternance risque d’être insuffisant.
Afin de dédoubler les classes ne pouvant accueillir plus de 15 élèves en raison des mesures sanitaires, la prise en charge des autres enfants se fera simultanément via le 2S2C.

  • · Pour rappel, les parents qui doivent reprendre le travail et qui n’ont aucune solution de garde sont considérés comme prioritaires avec un classement selon leur profession (personnel soignant en tête, personnel des forces de sécurité, enseignants, parents isolés…). Les enfants de ces parents doivent pouvoir être accueillis à plein-temps.
  • · L’alternance, groupe A et groupe B qui peut fonctionner de façon hebdomadaire ou semi-hebdomadaire, peut ne pas suffire pour accueillir les élèves prioritaires et les élèves qui sont en alternance.
  • · Aussi, pour répondre à ce besoin d’accueil supplémentaire, les écoles pourront organiser avec les communes la création d’un dispositif accueil
    appelé 2S2C qui se substituera au fonctionnement des pôles d’accueil actuels. La particularité de ce dispositif c’est qu’il fonctionne sur le temps scolaire (pas périscolaire) et qu’il sera probablement encadré par du personnel autre que les enseignants (sauf ceux qui restent disponibles).

Une convention a été envoyée aux écoles et aux communes, ainsi qu’une annexe descriptive pour pouvoir définir des activités proposées lors de ce dispositif d’accueil supplémentaire.

Le personnel pouvant être déployé sur ce dispositif :

  • - Les associations culturelles ou sportives
  • - Les enseignants en surnombre
  • - Les structures privées
  • - Les parents d’élèves
  • - Le personnel municipal
  • - Les retraités, les étudiants

Le coût sera pris en charge par l’état, (dans quelle proportion ? sous quelles conditions ?) (voir en pj AMF 5 mai 2020)
L’Administration mettrait donc à disposition les enseignants en surnombre (cela existe-t-il ?) dans le cadre du 2S2C…

Les enseignants porteraient ainsi la double casquette : fonctionnaires relevant de l’Inspection et partenaires relevant de la commune !
Le recrutement et le contenu des 2S2C seront en fait le reflet des inégalités territoriales, autrement dit la fin de l’école républicaine ; jeux de récréation coloriages pour les uns, murs d’escalades et visites de musées pour les autres…
*Voir en pj le communiqué du SNUDI FO concernant le 2S2C.

Si le ministre, qui fait preuve d’inventivité …et de duplicité, souhaite profiter de l’urgence sanitaire pour s’attaquer à nouveau au statut des fonctionnaires dans le cadre du partenariat avec les communes, il ne perd pas de vue sa volonté de transformer les directeurs en supérieurs hiérarchiques.

    • C’est par un entretien que ces directeurs seront recrutés pour accéder à cette fonction qui sera gérée en tant que telle et indépendamment du mouvement
      et de l’évolution des carrières des PE !
    • Le directeur sera soumis à « une feuille de route (…) établie au niveau national, encadrant la fonction selon les missions stipulées dans le référentiel métier publié au BO de décembre 2014 »

Toutes ces mesures révèlent à la fois un processus de dilution du statut des enseignants, une mise au pas sous l’autorité d’un directeur et la volonté d’établir un lien de subordination entre les directeurs et les municipalités.

Mettre en place de façon précipitée ce nouveau fonctionnement (l’état d’urgence sanitaire en est le bon prétexte !) permet, n’en doutons pas, de préparer les principes d’une rentrée scolaire 2020/2021 hors norme mais « opérationnelle » … sur le papier !

Le protocole sanitaire préconise les gestes barrières, mais l’organisation qui se profile va plutôt favoriser une concentration de personnes et d’élèves dans des conditions absolument impossibles !

La nouvelle organisation actera la confusion des missions, le renforcement des inégalités territoriales, la caporalisation des directeurs d’école, l’éclatement et l’économie des charges d’enseignement (français/maths pour les enseignants, désormais corvéables pour d’autres missions ?) et la poursuite inéluctable d’un isolement organisé des personnes dans leurs fonctions, leurs missions, leur parcours, leur carrière.

Cherchez l’erreur…

Cela n’empêche pas le ministre de l’EN de profiter du professionnalisme des enseignants pour se mettre en avant alors que dans le même temps il prépare des actes remettant en cause l’Ecole Publique Républicaine bien différents du discours de « bienveillance » !

"J’ai une certaine fierté d’avoir tenu le cap" dit le ministre.
« L’Education nationale s’est mise en mouvement et cela a bien fonctionné. Cette maison a longtemps été qualifiée de mammouth, mais c’est un peuple de colibris coordonnés », insiste-t-il. Le ministre.
« Le bon sens l’a emporté. Il contraste avec les falbalas médiatiques qui angoissent les parents, soupire-t-il.
Les maires ont bien compris que l’école était essentielle. Le tandem entre l’Education nationale et les maires a bien fonctionné. »

(café pédagogique : JM BLANQUER en sauveur de l’école)

A TROP JOUER SUR LA RESILIENCE DES ENSEIGNANTS, CES DERNIERS L’ONT DEMASQUÉ !
LES COLIBRIS COMME IL LES APPELLE DE FACON « AFFECTUEUSEMENT CYNIQUE » SONT DE MOINS EN MOINS NOMBREUX A ÊTRE DUPES …

Voir également notre fiche/rappel sur le RSST et le droit de retrait en pj

cale




Documents Liés
Communiqué snudi-fo 2S2C
PDF - 1016.9 ko
Réouverture progressive des écoles primaires
PDF - 349.5 ko
RSST et droit de retrait
Word - 15.2 ko
CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo