Rechercher sur le Site

COMPTAGE DES GREVISTES : comment nier leur nombre ou le scandale des panels !
Publié le 21 janvier 2020 | snudi fo 68

Le 5 décembre dernier, la grève contre la réforme des retraites était massive dans l’Education Nationale et particulièrement dans le 1er degré.
Des écoles entières ont fermé et 60 % de PE étaient en grève contre 50 % dans le secondaire !
Cela allant à l’encontre de l’image d’Epinal donnée à l’école par notre ministre il fallait trouver un moyen de casser les chiffres pour les grèves de JANVIER !

LA SOLUTION ? Utiliser des panels plutôt que donner les chiffres exacts des grévistes que le ministère possède pourtant !
En effet, les grévistes sont obligatoirement répertoriés pour être défalqués d’un trentième de salaire par jour non travaillé !
De ce côté soyez rassurés, tout fonctionne très bien !
Alors qu’est-ce qu’un panel (1) et pourquoi l’utiliser (2) ?

1) Un panel est un échantillon dit « représentatif » concernant dans l’Education Nationale le taux de grévistes à la mi-journée.

-  1er problème  : quels sont les établissements représentatifs choisis et sur quels critères ? Pourquoi la loi Lemaire du 7 octobre 2016 qui oblige l’ouverture des bases et données des autorités publiques n’est-elle pas utilisée ?

- 2ème problème : pourquoi attendre la mi-journée pour annoncer le taux de gréviste du primaire alors que dans le 1er degré l’obligation d’annoncer 48 heures à l’avance sa participation à la grève donne déjà une idée plus ou moins précise du taux de mobilisation ?

- 3ème problème : en fin d’une journée de mobilisation, pourquoi les chiffres précis ne sont-ils pas divulgués ?

- 4ème problème  : qu’en est-il de la prise en compte de la situation des collègues à temps partiel (normalement non présents en classe ces collègues sont notés comme non-grévistes !) ou travaillant dans le secondaire ne prenant leurs cours que l’après-midi selon leurs emplois du temps mais pouvant faire grève ?

2) L’utilisation d’un panel dans le cas présent peut interroger sur la volonté de réduire le véritable taux de grévistes.

Ce taux n’est donc pas représentatif et falsifie de fait la réalité en donnant des informations chiffrées manipulées !

Cela a un impact :

- sur l’opinion publique qui se base sur des données fausses pour intégrer que la colère contre la réforme des retraites serait faible cela « grâce » aux « concessions » faites par le ministre sur la revalorisation des carrières enseignantes.

(N’hésitez pas à relire l’article du SNUDI FO 68 du 13 janvier pour comprendre la toute autre réalité qui se profile).

- sur les collègues qui pensent à un affaiblissement de la mobilisation et qui baissent les bras parce que faire grève a un coût et que si les autres
« ne se bougent pas » à quoi bon continuer ?

Cette stratégie de l’usure qu’utilise notre employeur pour nous faire rentrer dans les rangs humilie davantage encore un corps enseignant maltraité, déclassé et à bout !

Même si les brèches semblent « colmatées », elles se fissurent de plus en plus et si le « mammouth » a bien été dégraissé depuis 15 ans, nous sommes arrivés à l’os
et après l’os c’est la mort de notre système solidaire !

Faisons-nous entendre et REFUSONS la CONTRE REFORME des retraites qui nous concerne tous !

* Les documents ci-joints émanant du national vous permettront de prendre conscience de ce qui se trame en ce moment et qui explique la durée inédite de ce mouvement de grève.

* L’élève Pierre et ses drôles de problèmes : une note humoristique en annexe permettra de se détendre un peu ?!

Le SNUDI FO 68 vous invite à vous mobiliser les 22, 23 et 24 janvier prochains !

Rejoignez-nous le vendredi 24 jour de la présentation de 2 projets de loi au Conseil des Ministres, l’un organique prévoyant l’équilibre financier dès 2022 si pas d’accord avec les partenaires sociaux, l’autre ordinaire

A 13h30 place de la Bourse à Mulhouse
Une retraite aux flambeaux est également prévue le jeudi 23 janvier place de la Bourse à 17h30 !

cale




Documents Liés
4 pages HOLD-UP bis
PDF - 253 ko
Communiqué intersyndical du 15 janvier
PDF - 275 ko
Les drôles de problèmes de Pierre, élève de CM2
PDF - 313.6 ko
Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Le ministère annonce 2489 créations de postes dans le 1er degré. Ces créations sont à relativiser au regard de la suppression de 1800 postes dans le 2nd degré. Il s’agit bien pour le ministre Blanquer de déshabiller Pierre pour habiller Paul.

Comment combler le manque de RASED, le manque de remplaçants, le manque de décharge de direction, le manque d’enseignants référents ?
Comment assurer le maintien des conditions acceptables d’enseignement dans des classes à moins de 25 élèves ?
Comment prévoir les ouvertures nécessaires et maintenir les écoles rurales ouvertes ?
Comment rattraper des années d’austérité ?

D’autre part, rappelons qu’à la rentrée 2021 :

– 600 postes seront consacrés à une amélioration (d’ailleurs insignifiante) des quotités de décharge de directeurs ;
– 900 postes seront consacrés à assurer les journées de décharge des directeurs d’écoles de 1 à 3 classes, qui dans de nombreux départements, n’existent que sur le papier

Rappelons que l’enveloppe ministérielle doit aussi permettre de dédoubler les classes de grande section en REP+.

Que restera-t-il pour faire baisser les effectifs dans toutes les classes de manière significative, pour assurer le remplacement des personnels en congés, pour renforcer les postes d’enseignants spécialisés au moment où l’inclusion scolaire systématique et à marche forcée continue ses ravages ?

Rappelons que depuis 3 ans, le ministre supprime des places au concours de recrutement de professeurs des écoles. Plus de postes donc, mais moins d’enseignants fonctionnaires…

(voir en pj les mesures du CTM et la déclaration liminaire de la FNEC FP-FO au CTMEN du 16 décembre 2020)


CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo