Rechercher sur le Site

Année 2021 : la mascarade continue !
Publié le 6 janvier 2021 | snudi fo 68

-  Covid-19 et reprise des cours du 4 janvier

La parole ministérielle est sans ambiguïté, les cours seront assurés normalement dès le 4 janvier, alors que les chiffres concernant la circulation du Covid-19 sont alarmants, notamment dans l’Est de la France.
La consigne est qu’il faudra ÊTRE TRÈS ATTENTIF en MILIEU SCOLAIRE !
C’est ainsi que se positionne le Ministre de l’Éducation Nationale en s’en tenant au
« protocole renforcé qui a fait ses preuves » selon lui.

Est-ce bien sérieux de gérer la situation pandémique actuelle
en utilisant la méthode Coué ?

C’est totalement surréaliste d’autant que le protocole sanitaire mis en place à la rentrée des classes de septembre est totalement irréaliste :

-  Effectifs complets voire augmentés lorsque les enseignants absents ne sont pas remplacés et ils sont nombreux,
-  Locaux exigus,
-  Organisation des déplacements ubuesque, …
-  Et par ailleurs transports en communs maintenus !

Le gouvernement a autorisé les élèves à s’absenter 48 heures avant les congés pour réduire les risques de contamination et fêter Noël en famille. Et pour la rentrée RIEN !
Durant les vacances la pression épidémique n’a pas diminué, un couvre-feu a été instauré et pourtant TOUT EST « NORMAL » lorsqu’il s’agit « d’enseigner » en ce début janvier en pleine recrudescence du virus et l’apparition de ses nouvelles souches très contagieuses notamment pour les jeunes !!!

Ainsi pour Jérôme Salomon, directeur général de la Santé la rentrée rime avec brassage des écoliers et « ça peut rebattre les cartes de la situation épidémiologique » car « Les enfants reviennent de différents endroits, en France ou à l’étranger » a-t-il précisé.
Les nouvelles souches britannique et sud-africaine du virus sont également une source d’inquiétude pour Jérôme Salomon. « Nous sommes très vigilants pour éviter que ça ne se diffuse pas, comme au Royaume-Uni », a-t-il expliqué dans le « JDD ».

Curieusement, l’avis des scientifiques est pris en compte lorsqu’il est favorable à certains choix de politiques pédagogiques hors sol et il ne l’est pas lorsque cela ne sert pas les objectifs du Ministre…

Encore une démonstration exemplaire du « EN MÊME TEMPS » !

La rentrée scolaire est au cœur de toutes les attentions alors que les autorités sanitaires redoutent un rebond de l’épidémie mais même en zone rouge, la rentrée est « NORMALE »…

Ne sommes-nous pas en droit de nous demander : « A QUI PROFITE LE CRIME ? »

- Pas de vagues…

En BIENTÔT quatre ans que de changements avons-nous subis !
Depuis son arrivée au Ministère de l’EN, JM BLANQUER est un homme pressé…
En bon « manager » il maîtrise l’art de dire en le dissociant sans complexe de l’art de faire.
Le fameux « en même temps » qui permet toutes les contradictions sans paraître ridicule !
Enfin au début…quoi que !

Très vite des voix se sont élevées pour dénoncer la façon totalement verticale qui se mettait en place pour gérer l’EN.
La réponse du berger à la bergère ne s’est pas faite attendre puisque la Loi Blanquer du 26 juillet 2019 article 1 pour l’école de la confiance a été votée pour FAIRE TAIRE TOUTE CONTESTATION ENSEIGNANTE.

Les IEN ne sont plus maîtres de leurs circonscriptions, le pilotage vient des DASEN qui font appliquer les injonctions ministérielles qui veillent de plus en plus à homogénéiser tous les projets.

Mais dans le même temps sur le terrain il faut user en permanence d’ingéniosité pour ne pas faire « payer » aux élèves les effets pervers d’un système contreproductif et inégalitaire comme jamais !

Pour autant, nous sommes finalement rattrapés par la lame de fond qui a fini par arriver et qui emporte avec elle les derniers remparts que nous avons tenté de maintenir à flot !

La pandémie a eu raison de nos illusions car sa gestion totalement absurde nous a fait prendre conscience que l’école devait avant tout être une garderie.

Certains collègues sont plus à plaindre que d’autres car ils doivent en plus de toutes les injonctions faites par la hiérarchie, gérer des classes où l’inclusion scolaire à marche forcée, sans aide et dans des classes surchargées, les épuise encore plus et font de leur enseignement un enfer car ils n’enseignent plus justement !

Des classes entières sont malmenées et ce sont les enseignants qui sont désignés comme responsables ? Un comble non !

Quant aux élèves ils sont les victimes muettes de toute cette casse bien orchestrée qui les empêche d’apprendre dans des conditions dignes, dans une ambiance de classe sereine et devant un enseignant motivé et non épuisé !

Le « en même temps » si cher au Ministre de l’EN et à son gouvernement lui permet là encore d’imposer la partition et d’accuser les insignifiants chefs d’orchestre que nous sommes de jouer faux. Les IEN qui ne sont plus là que pour nous taper sur les doigts minent davantage encore notre moral.

C’est une belle démonstration de l’école de la confiance et de la bienveillance institutionnelle !

Pour rappel :
Le fonctionnaire est soumis à une obligation de désintéressement, qui lui impose en particulier de faire preuve de probité et doit le conduire à proscrire toute situation de conflit d’intérêts.
Mais depuis la mise en place du PPCR, le loup est entré dans la bergerie en rendant possible la « méritocratie » (ce qui est en total contradiction avec les textes) en mettant en place une concurrence légalisée, subjective et arbitraire…

On comprend mieux pourquoi la sélection par concours est amenée à disparaître au profit des contractuels pour lever cette incohérence !

Serions-nous totalement entrés dans le management de l’EN où l’intérêt personnel prime sur l’intérêt collectif, où nos supérieurs eux-mêmes deviennent les acteurs volontaires de cette mascarade ?

- Formation des enseignants en alternance

Des professeurs et des CPE contractuels pour 865 € par mois, c’est ce que prévoient les contrats de formation en alternance que crée l’Education nationale pour la prochaine rentrée scolaire. Une note publiée au BO prévoit "la mise en place d’un parcours en alternance prenant la forme d’un contrat de travail au cours du master Meef". Ces nouveaux professeurs et CPE garderont le statut d’étudiant. Leur temps de service correspondra à un tiers temps soit 9 heures par semaine dans le 1er degré et un tiers des 108 heures ou 6 heures dans le second. Ces heures pourront être regroupées sur une période.
Professeurs et CPE contractuels :
https://www.education.gouv.fr/bo/20/Hebdo49/MENH2032667N.htm

GREVE DU 26 janvier 2021

A moins d’être frileux, c’est le moment ou jamais de se mobiliser POUR NOS SALAIRES, POUR NOS CONDITIONS DE TRAVAIL, POUR LES POSTES
TOUS EN GREVE LE MARDI 26 JANVIER 2021

cale




Documents Liés
APPEL INTERSYNDICAL A LA GREVE
PDF - 127.2 ko
Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Le ministère annonce 2489 créations de postes dans le 1er degré. Ces créations sont à relativiser au regard de la suppression de 1800 postes dans le 2nd degré. Il s’agit bien pour le ministre Blanquer de déshabiller Pierre pour habiller Paul.

Comment combler le manque de RASED, le manque de remplaçants, le manque de décharge de direction, le manque d’enseignants référents ?
Comment assurer le maintien des conditions acceptables d’enseignement dans des classes à moins de 25 élèves ?
Comment prévoir les ouvertures nécessaires et maintenir les écoles rurales ouvertes ?
Comment rattraper des années d’austérité ?

D’autre part, rappelons qu’à la rentrée 2021 :

– 600 postes seront consacrés à une amélioration (d’ailleurs insignifiante) des quotités de décharge de directeurs ;
– 900 postes seront consacrés à assurer les journées de décharge des directeurs d’écoles de 1 à 3 classes, qui dans de nombreux départements, n’existent que sur le papier

Rappelons que l’enveloppe ministérielle doit aussi permettre de dédoubler les classes de grande section en REP+.

Que restera-t-il pour faire baisser les effectifs dans toutes les classes de manière significative, pour assurer le remplacement des personnels en congés, pour renforcer les postes d’enseignants spécialisés au moment où l’inclusion scolaire systématique et à marche forcée continue ses ravages ?

Rappelons que depuis 3 ans, le ministre supprime des places au concours de recrutement de professeurs des écoles. Plus de postes donc, mais moins d’enseignants fonctionnaires…

(voir en pj les mesures du CTM et la déclaration liminaire de la FNEC FP-FO au CTMEN du 16 décembre 2020)


CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo