Rechercher sur le Site

AESH, ENSEIGNANTS…TOUS ENSEMBLE POUR QUE LES AESH OBTIENNENT ENFIN UN VRAI STATUT ET UN VRAI SALAIRE ! TOUS ENSEMBLE POUR L’ABANDON DES PIAL !
Publié le 22 mars 2021 | snudi fo 68

Dans les départements, les conséquences de l’inclusion scolaire systématique rendent la situation intenable pour les personnels :

la mise en place des PIAL entraîne une mutualisation et donc une diminution de l’accompagnement apporté aux élèves en situation de handicap ou à besoins particuliers, les AESH sont ballotés entre plusieurs écoles ou établissements, les conditions de travail se dégradent pour tous, enseignants comme AESH, les casse-têtes deviennent permanents pour les directeurs ;
les AESH n’en peuvent plus de la précarité dans laquelle ils sont maintenus. Ils veulent un vrai statut de fonctionnaire et un vrai salaire ;
des milliers d’élèves n’ont pas accès aux établissements sociaux et médico-sociaux faute de places en nombre suffisant. Ces établissements sont d’ailleurs voués à disparaître en tant que tels, les PIAL devant « bénéficier de l’appui des professionnels du secteur médico-social, coordonné en pôle ressource qui interviendront dans les établissements scolaires », pour aider à gérer les élèves inclus.

Les mobilisations et les rassemblements se multiplient !
Cette situation est insupportable, en premier lieu pour les AESH, qui étaient présents dans toutes les manifestations du 26 janvier, qui ont fait grève massivement en Seine Saint-Denis le 9 février et qui ont décidé après leur rassemblement de 300 de se rendre au ministère. Ils participent nombreux aux réunions syndicales organisées par la FNEC FP-FO partout en France pour se regrouper et faire valoir leurs revendications.

Elle est insupportable pour la totalité des personnels des écoles – AESH, enseignants, PsyEN – qui sont appelés à se rassembler le 24 mars en Haute-Loire, dans le Rhône, dans le Puy de Dôme … pour exiger ensemble l’abandon des PIAL, un vrai statut et un vrai salaire pour les AESH.

Elle est insupportable aussi pour les élèves  : alors que l’enseignement spécialisé est démantelé minutieusement depuis des années, les notifications MDPH qui ne sont plus respectées s’apparentent ni plus ni moins à de la maltraitance.

Préparons la grève jeudi 8 avril sur les revendications !

Dans cette situation, une large intersyndicale (FNEC FP-FO, FSU, CGT Educ’action, SUD Education, SNALC, SNCLFAEN) soutient les rassemblements du 24 mars et appelle les AESH à faire entendre leurs revendications à l’occasion d’une journée de grève nationale le 8 avril.

Les personnels de l’Education nationale sont invités à être partie prenante de cette mobilisation en participant à la grève auprès des AESH pour faire valoir les revendications :
– Un véritable statut de la Fonction Publique pour les AESH avec un vrai salaire, des droits statutaires légitimes (garantie de l’emploi, rémunération à plein temps, possibilité de mutation, droit à la formation initiale et continue…) !
– Une revalorisation des salaires et la possibilité de contrats à temps complet pour permettre aux AESH de vivre de leur travail !
– L’abandon des PIAL et de la politique de mutualisation des moyens !
– Le recrutement massif d’AESH pour permettre aux élèves ayant des notifications d’être accompagnés à hauteur des besoins !

cale




Documents Liés
AESH/PIAL communiqué SNUDI FO
PDF - 1 Mo
BULLETIN D’ADHESION
Word - 350 ko
Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Carte scolaire 2021 : préparer la rentrée de septembre

Le ministère annonce 2489 créations de postes dans le 1er degré. Ces créations sont à relativiser au regard de la suppression de 1800 postes dans le 2nd degré. Il s’agit bien pour le ministre Blanquer de déshabiller Pierre pour habiller Paul.

Comment combler le manque de RASED, le manque de remplaçants, le manque de décharge de direction, le manque d’enseignants référents ?
Comment assurer le maintien des conditions acceptables d’enseignement dans des classes à moins de 25 élèves ?
Comment prévoir les ouvertures nécessaires et maintenir les écoles rurales ouvertes ?
Comment rattraper des années d’austérité ?

D’autre part, rappelons qu’à la rentrée 2021 :

– 600 postes seront consacrés à une amélioration (d’ailleurs insignifiante) des quotités de décharge de directeurs ;
– 900 postes seront consacrés à assurer les journées de décharge des directeurs d’écoles de 1 à 3 classes, qui dans de nombreux départements, n’existent que sur le papier

Rappelons que l’enveloppe ministérielle doit aussi permettre de dédoubler les classes de grande section en REP+.

Que restera-t-il pour faire baisser les effectifs dans toutes les classes de manière significative, pour assurer le remplacement des personnels en congés, pour renforcer les postes d’enseignants spécialisés au moment où l’inclusion scolaire systématique et à marche forcée continue ses ravages ?

Rappelons que depuis 3 ans, le ministre supprime des places au concours de recrutement de professeurs des écoles. Plus de postes donc, mais moins d’enseignants fonctionnaires…

(voir en pj les mesures du CTM et la déclaration liminaire de la FNEC FP-FO au CTMEN du 16 décembre 2020)


CTSD du 5 juin

Lors du CTSD du 5 juin, le SNUDI FO68 a pris la parole pour vous.
Voir en pièce-jointe la déclaration liminaire.


SPIP 3.2.7 [24473] habillé par le Snudi Fo